Le premier opérateur japonais de télécommunications mobiles, NTT Docomo, a indiqué mardi totaliser 10 millions de souscripteurs à son offre Xi (« crossy »), basée sur la technologie à très haut débit LTE (3,9 G), proche de la quatrième génération cellulaire.

 

Croissance rapide

 

Ce service, commercialement lancé le 24 décembre 2010, prétend offrir une rapidité de réception des données de 75 à 112,5 Mbits/s, soit en théorie au moins cinq fois plus que le débit possible sur un réseau traditionnel de troisième génération.

 

Le premier million d’abonnés à Xi avait été atteint tout juste un an après, à Noël 2011, en dépit d’une couverture alors limitée aux grandes villes.

Depuis, NTT Docomo a élargi son catalogue de terminaux compatibles (32 smartphones, 6 tablettes et 7 modules spéciaux) et a mené des offensives commerciales pour convaincre de nouveaux venus ou ses clients aux offres 3G de passer à la vitesse supérieure.

 

La 2G est morte

 

En août 2012, il revendiquait 5 millions d’abonnés, un nombre qui a été plus que doublé en moins de six mois. Le passage d’une génération cellulaire à l’autre se traduit notamment par une augmentation du débit de transfert de données, ce qui permet une extension des offres multimédias, un meilleur confort pour les utilisateurs qui, de facto, tendent à davantage utiliser leurs mobiles.
Pour l’opérateur, le transfert de clients vers une offre supérieure permet d’alléger la charge sur ses infrastructures et d’éviter la saturation, un facteur de pannes.
Au total, NTT Docomo, qui avait été le pionnier mondial de la 3G/UMTS en ouvrant son réseau en octobre 2001, compte près de 61 millions de clients au Japon (soit près de la moitié du marché) et, à l’instar de ses principaux concurrents locaux, Softbank et KDDI, a déjà fermé son réseau de deuxième génération (équivalent du GSM), tous les souscripteurs ayant migré vers l’infrastructure 3G ou 3,9G.

 

Hexagone in progress

 

En France, les premières offres, généralement professionnelles, ont été lancées en début d’année, le grand public devrait pouvoir pleinement accéder à cette technologie dans le cours de l’année, et encore dans les quelques villes qui sont déjà couvertes. Les principaux opérateurs s’étant lancés dans de grande manœuvre de déploiement pour cette année 2013.

 

Discussions

Laisser un commentaire