Le groupe japonais de services financiers Nomura s’est redressé au deuxième trimestre de l’exercice en cours et indiqué que ses efforts d’amélioration dans la banque d’investissement, annoncés en septembre, avaient bien démarré.

 

Le groupe a dégagé un bénéfice net de 2,8 milliards de yens (28 millions d’euros) sur la période juillet-septembre, en hausse de 48,5% par rapport au trimestre précédent, et contre une perte de 46,09 milliards de yens il y a un an.

Le montant est cependant bien inférieur aux 32,27 milliards de yens attendus par les analystes interrogés par FactSet Research Systems, selon l’agence DowJones Newswires.

Son bénéfice avant impôts s’est inscrit à 35,42 milliards de yens, en hausse de 80% sur le trimestre précédent, et contre une perte de 44,63 milliards un an auparavant.

Le produit net bancaire a totalisé 401,68 milliards de yens, en progression de 8,8% sur le trimestre et de 33% par rapport à juillet-septembre 2011.

« Il s’agit de notre quatrième trimestre consécutif de bénéfice avant impôts, et toutes les branches sont rentables malgré un environnement difficile marqué par la crise de la dette souveraine en Europe et un ralentissement de l’économie en Chine », a déclaré Koji Nagai, le PDG de la banque.

« La banque de détail reste le moteur des bénéfices de la firme, grâce aux ventes robustes de trusts d’investissement et à l’accent mis sur les services de consultants », a ajouté le nouveau patron, arrivé en août après la démission du précédent à cause d’un scandale de délit d’initié.

Cette division a affiché un bénéfice avant impôts de 11 milliards de yens, en hausse de 2% sur un an.

La division gestion d’actifs a dégagé un bénéfice net de 4,6 milliards de yens, en repli de 3% sur un an.

 

« La branche de gros est revenue dans le vert grâce à une hausse de ses revenus dans les marchés émergents, sur le continent américain et au Japon. La division titres à revenu fixe a affiché son revenu le plus élevé des neuf (derniers trimestres), pour tous les produits et toutes les régions. Nous avons aussi bien démarré nos efforts d’amélioration de la rentabilité dans les actions et la banque d’investissement, comme annoncé en septembre », a ajouté le responsable.

Le groupe avait annoncé alors un recentrage de ses activités en Asie qui consacrait l’échec de sa stratégie d’expansion internationale lancée pendant la crise financière de 2008-2009.

Ce programme vise à permettre à Nomura de retrouver une confortable rentabilité d’ici quatre ans, avec un bénéfice avant impôt de 250 milliards de yens (2,5 milliards d’euros) visé dès l’exercice d’avril 2015 à mars 2016, trois fois plus qu’en 2011-2012.

Sur le premier semestre de l’exercice en cours, Nomura a affiché un bénéfice net de 4,7 milliards de yens (47 millions d’euros), contre une perte de 28,32 milliards de yens il y a un an. Le bénéfice avant impôts s’est élevé à 55,1 milliards de yens, contre une perte de 10,27 milliards.

Le produit net bancaire était de 770,9 milliards de yens, en hausse de 22% sur un an.

Discussions

Laisser un commentaire