Le constructeur japonais bâtit un terrain d’entraînement et a tissé des partenariats avec des universités de pointe. Son PDG Carlos Ghosn assure qu’il commercialisera cette « technologie révolutionnaire » de la « conduite autonome » dans sept ans.

 

Les projets se multiplient en matière de voitures autonomes, et un récent rapport estime qu’en 2035, les trois quarts des véhicules légers vendus seront sans pilote. Un nouvel acteur vient de prendre date : Nissan annonce qu’il sera prêt à commercialiser des véhicules autonomes en 2020.

Le partenaire nippon de Renault travaille sur la question avec plusieurs universités de pointe, dont le MIT, Stanford, Carnegie Mellon, Oxford, Berkeley, le Russian State Scientific Center for Robotics and Technical Cybernetics (RTC) et l’université de Tokyo.

L’entreprise souhaite « élargir la recherche collaborative à d’autres institutions de stature mondiale ainsi qu’à des start-up ». En février 2013, Nissan a ouvert un centre de recherche dédié à la voiture autonome dans la Silicon Valley, à Sunnyvale.

 

Un terrain d’entraînement au Japon

 

Des travaux sont en cours au Japon pour construire un terrain d’entraînement pour voitures autonomes, qui doit être achevé à la fin de l’année fiscale 2014.

Ce site comprendra « des vrais paysages urbains – des murs en dur, pas des maquettes -, et il sera utilisé pour pousser au-delà des limites possibles sur des routes publiques l’essai du véhicule, afin de s’assurer que la technologie est sûre ».

Les véhicules autonomes de Nissan seront réalisés « à un prix réaliste pour les consommateurs », affirme le constructeur sans donner plus de précision.

Dans le communiqué de la firme, son PDG Carlos Ghosn déclare: « En 2007 , je m’étais engagé à ce que – en 2010 – Nissan commercialise un véhicule à zéro émission. Aujourd’hui, la Nissan Leaf est le véhicule électrique le mieux vendu de l’histoire. Aujourd’hui, je m’engage à être prêt à introduire une nouvelle technologie révolutionnaire, la Conduite Autonome [Autonomous Drive], en 2020, et nous sommes en voie d’y parvenir. »

Nissan a déjà développé ces dernières années des systèmes d’assistance au conducteur, pour maintenir une distance de sécurité avec les autres véhicules par exemple, à partir de caméras à 360 degrés, de radar et de laser, déjà disponibles sur plusieurs modèles du constructeur.

Le système autonome annoncé sera une extension de ces technologies. Le constructeur cite l’évitement de collision par des machines « capables de réagir plus rapidement et avec des mouvements plus complexes que ne pourrait un conducteur humain ».

 

Google prévoit de vendre dès 2017… en Californie

 

Aux Etats-Unis, les 6 millions de collisions par an sur les routes coûtent 160 milliards de dollars et sont la première cause de mortalité chez les 4-34 ans. 93% des accidents américains sont dus à des erreurs humaines, en particulier l’inattention, souligne Nissan, qui estime que ses technologies peuvent éviter ces tragédies.

En décembre 2012, le suédois Volvo a lui aussi pris date pour 2020, en prévoyant qu’à cette date ses systèmes d’assistance au conducteur (là aussi destinés ensuite à aller jusqu’à le remplacer intégralement) permettraient que personne ne soit tué ou blessé dans un de ses nouveaux modèles.

Chez Google, très en pointe dans ce domaine, le cofondateur Sergey Brin a affirmé qu’en Californie il sera possible pour les particuliers d’acheter à sa compagnie des voitures autonomes dès 2017.

 

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: ZDnet

Discussions

Laisser un commentaire