Le groupe d’électronique, d’informatique et de systèmes de télécommunications japonais NEC a drastiquement relevé ses prévisions semestrielles vendredi, grâce à de bonnes ventes d’infrastructures pour le réseau à très haut débit LTE.

Cette révision à la hausse, dont la teneur avait été éventée dans la presse dans la matinée, faisait bondir le titre NEC de 7,25% à la Bourse de Tokyo, où il cotait 133 yens à la mi-séance.

Pour le semestre d’avril à septembre, dont NEC doit annoncer officiellement les résultats la semaine prochaine, le groupe s’attend désormais à un bénéfice net de 8 milliards de yens (80 millions d’euros) au lieu d’une perte de 24 milliards.

Il prévoit en outre un bénéfice d’exploitation de 47 milliards de yens (470 millions d’euros), contre un gain d’un milliard seulement attendu jusqu’à présent.

Son chiffre d’affaires pourrait s’élever à 1.448 milliards de yens (15 milliards d’euros), contre 1.400 estimés auparavant.

 

Le groupe a expliqué avoir dopé ses profits par « l’amélioration de ses ventes d’infrastructures de réseau pour la téléphonie mobile ».

NEC est notamment en train d’installer des systèmes de transmission pour la technologie à très haut débit LTE, proche de la quatrième génération cellulaire.

Il a expliqué aussi avoir vendu des brevets liés à la technologie des écrans à cristaux liquides (LCD).

Le groupe a par ailleurs évoqué les premiers effets positifs d’une restructuration drastique annoncée en début d’année comprenant 10.000 suppressions d’emplois, dont 7.000 au Japon.

NEC n’a en revanche pas touché à ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice d’avril 2012 à mars 2013 en raison « des incertitudes pesant sur l’économie ».

Il s’attend toujours notamment à dégager un bénéfice net de 20 milliards de yens (contre une perte de 110,3 milliards en 2011-2012).

Discussions

Laisser un commentaire