NEC travaille sur un analyseur ADN de la taille d’une valise. Selon le constructeur, son matériel pourra effectuer l’analyse d’échantillons prélevés sur les lieux d’un crime ou d’une catastrophe en à peine 25 minutes. La valise permettra aussi de comparer ces prélèvements effectués sur le terrain à des bases de données ADN existantes.

 

NEC a annoncé que sa valise ADN serait disponible partout dans le monde en 2014. Son coût : autour de 10 millions de yens soit 95 000 euros environ. L’analyseur portable permettra de faire du séquençage génétique sur des échantillons et de comparer rapidement les résultats à l’une des nombreuses bases de données ADN existantes à travers le monde. NEC fait remarquer que les bases de données comme le CODIS (Combined DNA Index System) aux États-Unis et une base de données japonaise d’échantillons ADN ne cessent de s’enrichir. «  Pour commencer, nous ciblerons les organismes chargés de mener des enquêtes, la police en particulier », a déclaré la porte-parole de Nec, Marita Takahashi. « Nous allons aussi inciter à son utilisation sur les victimes de catastrophes naturelles, pour comparer la carte génétique d’une victime avec celle de ses frères, soeurs et parents ».  Selon le géant industriel japonais de l’informatique et des communications, la nécessité de disposer de tests ADN peu coûteux et rapides s’est imposée depuis le tremblement de terre de Tohoku et le tsunami qui a dévasté une grande partie de la côte nord-est du Japon l’an dernier. À l’époque, les autorités ont du effectuer près de 20 000 prélèvements en vue de tests.

 

Prochaine étape : passer de 1 heure à 25 minutes

 

NEC compte utiliser les recherches et les logiciels qu’elle a mis au point pour ses technologies de reconnaissance faciale et d’empreinte entrée dans l’usage courant, puisque la firme l’a adaptée aux smartphones et aux distributeurs de billets automatiques. L’objectif de l’entreprise japonaise est de construire un matériel utilisable par des personnes ayant un minimum de formation, et disposant simplement d’un coton-tige ou d’un petit échantillon de sang. La valise de NEC pèsera 35 kg environ, et ses dimensions 850 x 552 x 240 mm, soit la taille d’une grosse valise. L’appareil fonctionne avec une alimentation 12V.

Le processus d’analyse sera réalisé en trois étapes. L’ensemble de l’analyse est commandé par un « laboratoire sur puce », un terme pour dire que la technologie recrée les processus de laboratoire sur des composants de la taille d’une puce. L’analyse démarre par l’extraction de l’ADN sur le prélèvement, suivie de l’amplification de l’ADN et de la séparation des brins d’ADN différents. Dans sa version actuelle, il faut environ une heure à l’analyseur pour effectuer ces trois tâches, mais NEC veut réduire ce temps de traitement à 25 minutes.


Le séquenceur ADN de NEC vient concurrencer des produits développés par Oxford Nanopore et IntegenX.

 

Le développement de l’analyseur de NEC se fait en association avec différents partenaires. Parmi eux, on trouve l’entreprise américaine de biotechnologie Promega. Quant aux tests, ils sont menés au Japon avec un laboratoire de recherche scientifique de la police. Aux États-Unis, le FBI teste déjà des séquenceurs ADN rapides, et Oxford Nanopore, une société britannique spécialisée dans les biotechs, a présenté une séquenceur d’ADN révolutionnaire de la taille d’un serveur rack et une grosse clef USB capable de décoder une molécule unique.

 

 

Source: LMI

Discussions

Laisser un commentaire