Les touristes au Japon sont souvent surpris par le nombre et la variété de distributeurs dans le pays. Mais il existe un moyen de distribution bien plus surprenant: les points de vente sans employés (mujin Hanbai).

 

Afin mieux comprendre comment fonctionne ces étranges boutiques, découvrons quelques exemples :

mujin-01

Ce point de vente se trouve au plein milieu d’un quartier résidentiel. Vous ne l’auriez probablement pas remarqué en vous baladant dans le coin.

mujin-02

Des légumes de saison sont à vendre: concombres, tomates, aubergines… Il y a également du shiso et des fleurs, ainsi que du concombre et des oignons verts marinés.

mujin-03

Vous désirez acheter quelque chose ? Il suffit de choisir votre légume et ensuite de mettre l’argent dans cette boite. Celle-ci a été conçue de sorte à éviter que le premier venu reparte avec.

 

Un façon de ne pas gaspiller et d’arrondir ses fins de mois

 

Après la vente de leurs récoltes, les agriculteurs peuvent ainsi proposer les invendus. Cela signifie que les légumes ont parfois des marques ou ne sont pas dans l’état «parfait» exigé pour la vente, ce qui ne les empêche pas d’être très bon à la consommation.

mujin-04

Ce point de vente se trouve dans le quartier d’Edogawa à Tokyo.

mujin-05

Il s’agit de la boîte aux lettres où vous mettez votre argent.

mujin-06

Il y a même des chaines dans le monde des hanbai mujin: Ce point de vente sans employé dispose de trois «boutiques» dans le quartier de Nerima !

mujin-07

mujin-08 mujin-09

mujin-10

Ici, le propriétaire a affiché une recette pour faire du jus de shiso avec le shiso achetable sur place.

 

Un système non réservé aux zones rurales

 

Le quartier de Nerima a mis en place un site avec une carte des points de vente sans employés. Ainsi vous pourrez trouver les lieux et les légumes proposés à la vente. Il y a plus de 120 points de vente inscrits !

Alors que Tokyo peut être vu comme une ville bétonnée, il semble qu’en quittant le centre vous pourrez y trouver quelques champs.

mujin-11

mujin-12

mujin-13* mujin-14

Ici, les légumes en vente sont comme d’habitude laissés sans surveillance, mais nous avons été surpris par l’utilisation de casiers.

En parlant avec la personne gérant ce point vente et il nous dit, sourire aux lèvres, que « les gens partiraient avec les légumes si nous les laissions tels quel. »

Apparemment, certains points de vente mettent en place ce type de système de casier afin de se protéger contre le vol. On peut voir ça comme un hybride entre un distributeur et un point de vente sans employé.

Chaque casier est rempli avec des légumes. En été, on pourrait s’inquiéter de la chaleur, mais il y a une ventilation permettant de réguler la température.

 

mujin-15

Le midi, tout était vendu. Les voisins doivent acheter les légumes au retour d’une balade matinale. Si vous voulez obtenir les meilleurs légumes, mieux vaut se lever tôt.

Si vous vous demandez comment il faut faire pour vendre des légumes dans la rue, et bien sachez qu’au Japon, vous n’avez pas besoin d’une licence spéciale pour créer ce genre d’entreprise sur votre propriété. Cependant si vous vendez des produits transformés tels que de la confiture ou des cornichons, alors une autorisation vous sera nécessaire.

Il ne vous reste plus qu’a faire construire un abri pour protéger vos produits et c’est parti !

On peut penser que ce genre de point de vente se trouve uniquement dans les zones rurales, mais il en existe un nombre surprenant à Tokyo.

De plus les légumes doivent être meilleurs que ceux vendus au supermarché, alors qu’est-ce que vous attendez ?

Discussions

7 Réponses

  1. Fanny Skelly

    Ce serais impossible en France ont a pas du tout la même culture et encore moins les mêmes « bonnes manières », le premier débile venu prendrais tout sans payer (je parle en général bien sûr) faut dire ce qui est -__- Ce qui est dommage cela dit mais c’est la réalité de notre pays..

  2. MlleEvalyn

    En Suisse, dans ma campagne perdue, existe un système similaire à cela.

    Une famille d’agriculteur ont un point de vente protégé du mauvais temps avec leur légumes. Une boîte à lettres sert de caisse. Chacun fait ses achats, paie.

    La confiance va de mise évidemment ! Et c’est vraiment super. Des prix totalement correcte et de supers bons légumes du jardin. J’approuve ! Le seule défaut est qu’ils ne le font pas toute l’année (septembre-décembre)

    • Facto

      Sans compter sur le concept du petit potager accessible à tous nous venant de Grande-Bretagne. Vous plantez des aromates, des fruits ou des légumes dans un bac ou sur le bord de votre jardin pour que tout le monde puisse se servir gratuitement.

Laisser un commentaire