Une poignée de militants de l’extrême droite japonaise a manifesté ce dimanche contre un quotidien sud-coréen qui avait qualifié les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki de «châtiment divin» sur fonds de contentieux entre la Corée du Sud et le Japon quant à leur passé commun.

 

Une quarantaine de manifestants portant des drapeaux frappés du Soleil levant nippon se sont rassemblés aux abords d’un immeuble abritant les bureaux du Joongang Ilbo à Tokyo.

La semaine dernière, le journal avait publié un éditorial dans ses éditions en coréen et en anglais dans lequel il déclarait que les bombardements américains en 1945 sur les deux grandes villes japonaises, qui avaient fait plus de 200.000 morts, étaient justifiés.

«Honte au Joongang Ilbo», ont scandé les manifestants. «Nous n’oublierons jamais vos remarques anti-japonaises. Retournez sur la péninsule coréenne».

Ils ont apporté leur soutien au maire d’Osaka, Toru Hashimoto, qui avait provoqué il y a dix jours un tollé général en déclarant que les «femmes de réconfort» asiatiques avaient été une «nécessité».

La plupart des historiens estiment à environ 200.000 le nombre de ces Coréennes, Chinoises et Philippines notamment, obligées de travailler dans des bordels militaires de campagne japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après le scandale provoqué par sa sortie, le leader nationaliste de droite s’était dit prêt à présenter ses excuses tout en exonérant cependant les autorités nippones de toute responsabilité, une opinion largement répandue dans les milieux nationalistes au Japon.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: 20minutes

Discussions

Laisser un commentaire