Selon les données publiées par le Ministères des Affaires intérieures et des Communications, la valeur des exportations de dramas et d’anime japonais a augmenté de 30% durant l’exercice 2013 par rapport à l’année précédente.

 

La valeur globale de diffusion de contenu, comprenant animés, dramas, émissions de variétés et documentaires, s’élevait à 13,8 milliards de yens (92.5 millions d’euros) contre 10,4 milliards de yens (69.7 millions d’euros) en 2012.

Cette augmentation est principalement due à une hausse des droits pour la diffusion de programmes japonais en ligne et à la baisse continue de la valeur du yen.

Le Ministères des Affaires intérieures et des Communications a interrogé 179 entreprises, dont les principaux créateurs et diffuseurs de contenu sur les chaines principales, satellites ou sur internet.

La valeur des exportations comprend une variété de droits autres que la diffusion, tels que le droit de produire des DVD, de créer un remake ou encore le droit d’utiliser les images de personnages pour des produits dérivés.

Avec 8,6 milliards de yen (57.6 millions d’euros), les animés représentent la majorité de ces exportations, avec plus de 60% du total de l’exercice 2013. Uchuu Kyoudai (Frères de l’Espace), Patlabor et Love Live! font parties des quelques animés exportés.

Parmi les dramas exportés, des titres tels qu’ « Amachan », «Hanzawa Naoki » et « Kaizoku Sentai Gokaiger, » ont totalisé 2,1 milliards de yens (14 millions d’euros). Les exportations d’émissions de variétés suivent avec 1,8 milliards de yens (12 millions d’euros).

Plus de la moitié du contenu exporté était destiné aux pays asiatiques, avec ¥ 7,2 milliards (48.2 millions d’euros).
Les exportations vers l’Amérique du Nord ont été évaluées à 3,5 milliards de yens (23.4 millions d’euros).
L’Europe suit avec ¥ 2,6 milliards (17.4 millions d’euros).

Le gouvernement japonais souhaite promouvoir la culture japonaise auprès des pays étrangers. Le terme « Cool Japan » est ainsi utilisé auprès des politiques et des médias.

A titre de comparaison, le Japon reste encore loin de la Corée du Sud. Celle-ci exporte près du double du Japon. Le contenu est composé à 90% de dramas.

 

Source : Asahi || Image : Hajime Isayama/Kodansha

Discussions

6 Réponses

  1. Dio Brando

    Il a certes une augmentation mais de 30%, de loin pas!!! Il suffit de demander aux producteurs japonais comme les distributeurs etrangers les vrais chiffres. Anime Japan(connu avant sous Tokyo Anime Fair) a vu fondre le nombre de professionnels depuis plusieurs annees.
    Les maisons d’editions sont dans le meme cas avec au passage une baisse de plus de 10% des ventes de mangas en France donc l’achat de titres se fait plus rare…
    Au final, cette hausse est en grande majorite le fruit de la devaluation du yens par Abe donc des contenus plus accessibles « financierement » pour les pays voisins.

    • Julien Vidal

      Ca vient surtout que les mangas à sortir en France sont de plus en plus des mangas commerciaux qui font des tomes pour vendre des tomes (one piece, naruto, bleach, …)

      Perso, je lis la plupart de mes mangas en scantrad pour la bonne raison que la plupart des mangas qui me plaisent ne sortiront très probablement jamais en France.

      A force de ne pas vouloir prendre de risques avec les licences moins connues (seikoku no ryu kishi, monster musume, …), les vrais fans de mangas se détournent de l’offre légale pour se tourner vers le scantrad

  2. petit joueur

    la qualité de l’offre légale est nulle, manga deux fois plus cher qu’au japon, trop de diffuseurs, pas assez de licences, trop de délai entre les sorties, licences qui tombent dans l’oubli 1an apres car sur plus aucun site etc…

    s’ils faisaient une licence globale genre box qui regroupent manga anime et drama, une sorte de médiatheque, plus la diffision en quasi temps reel des scan et anime,
    alors la oui yaurait surement un ménage sur 5 qui lacherait 20 à 30boules par mois pour leur ado…et aurait forcément plus d’engouement et de ventes et ca triplerait surement les revenus de leurs exportations

    mais faut pas rever les boites (japonais et europeen) préfèrent sfaire de la tune avec une seule bonne licence vendue a prix d’or que de se casser la tete a faire un géant et a traduire pleins de trucs alors que c’est déjà fait bénévolement par des pirates :p
    c’est dommage pour la culture, car ya que des passionés qui mettent ca sur la toile, et d’autres qui vont les chercher, la plupart de la populace ignore l’existence de pas mal de petits bijoux.

Laisser un commentaire