La Commission européenne et le Japon ont annoncé la mise en route de six projets de recherche « destinés à redéfinir les architectures internet afin d’accroître l’efficacité des réseaux en matière de transport des données ».

 

L’un de ces projets vise à créer des réseaux au débit 5.000 fois supérieur au débit moyen actuel de connexion en Europe (100 Gbps contre 19,7 Mbps actuellement).

 

Un financement de 18 millions d’euros

 

Le besoin de développer de nouveaux réseaux plus efficaces se fait fortement sentir compte tenu de l’explosion massive de données en ligne, un phénomène qui devrait se poursuivre pendant les dix prochaines années, note la Commission :

Le monde produit 1,7 million de milliards d’octets de données par minute; les volumes de données transmises ont doublé entre le début de l’année 2012 et le début de l’année 2013 et ils devraient être multipliés par douze d’ici à 2018. Ces énormes volumes augmentent à un rythme supérieur à celui de l’accroissement de la capacité des réseaux qui les transportent.

Les projets bénéficieront d’un financement d’environ 18 millions d’euros et porteront notamment sur des aspects tels que la cybersécurité, la capacité du réseau, le stockage, le transfert des données à haute densité et l’efficacité énergétique.

L’initiative réunit la Commission européenne, le ministère japonais des Affaires intérieures et des Communications (MIC), l’institut national des technologies de l’information et de la communication (NICT), ainsi que des acteurs industriels européens et japonais, des universités, et des centres de recherche et de développement tels qu’Orange, Telefonica, NEC, Panasonic, NTT, KDDI, ADVA, STMicroelectronics et Intel.

 

Cloud et internet des objets combinés

 

Les projets financés sont les suivants:

– Le projet STRAUSS visera à permettre la mise en place de réseaux à fibre optique dont le débit dépasse 100 Gbps.

– Le projet MiWEBA, portant sur la capacité, encouragera un meilleur usage des radiofréquences existantes afin d’accélérer les connexions à ultra haut débit et les connexions mobiles.

– Les travaux réalisés dans le cadre du projet NECOMA aborderont de nouvelles manières d’accroître la sécurité des données à caractère personnel dans des environnements sensibles tels que celui des dossiers médicaux.

– L’objectif du projet GreenICN consistera à garantir une utilisation efficace de l’énergie dans les réseaux d’information. Il évaluera la fiabilité du réseau dans des situations d’après-catastrophe (tremblements de terre, ouragans), lorsque les ressources énergétiques sont limitées et que le bon fonctionnement du réseau s’avère crucial.

– Le projet ClouT sera consacré au contrôle en temps réel de capteurs. L’objectif sera de permettre les opérations nécessaires au fonctionnement des villes intelligentes, notamment en ce qui concerne la consommation énergétique, la fluidité du trafic ou les urgences. Les travaux seront exécutés en tirant parti des fonctionnalités de l’informatique en nuage et de l’internet des objets.

– Le projet FELIX aura pour but de mettre en place des plateformes expérimentales communes à l’UE et au Japon, qui aideront les universités et les centres de recherche à tester de nouvelles technologies en matière de réseaux.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: ZDNet

Discussions

Laisser un commentaire