Le gouvernement japonais a accepté mardi de verser une avance supplémentaire de quelque 666 milliards de yens (5 milliards d’euros) à l’opérateur de la centrale nucléaire ravagée de Fukushima, ce qui va porter à 30 milliards d’euros la facture provisoire de l’accident pour le contribuable.

 

Tepco avait expliqué en mai avoir besoin de davantage de fonds pour indemniser les victimes de cette catastrophe, tous ceux qui ont dû partir de chez eux à la hâte, se reloger, abandonner leur entreprise…

L’octroi de cette somme supplémentaire, censée être remboursée ultérieurement, va porter le total des fonds publics accordés à Tepco pour les indemnisations à 3.800 milliards de yens (près de 30 milliards d’euros), sans compter les 1.000 milliards injectés dans l’entreprise par l’Etat qui en est ainsi devenu l’actionnaire majoritaire.

Quelque 160.000 personnes ont fui leur domicile par crainte des radiations aux alentours de la centrale Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo), et des entreprises ont été ruinées par la dévastation de la région lorsque le complexe atomique a été mis en péril par le séisme de magnitude 9 et le tsunami qui ont ruiné les côtes nord-est du Japon le 11 mars 2011.

La compagnie Tepco est depuis confrontée à d’énormes demandes de dédommagements et se retrouverait en faillite sans l’aide de l’Etat, lequel ne peut de toute façon pas laisser s’effondrer l’électricien qui alimente en courant toute la région de Tokyo, coeur économique de l’archipel.

La compagnie va en outre devoir ensuite payer pour démanteler dans un premier temps les quatre réacteurs les plus endommagés sur les six que compte le site. Le gouvernement étudie d’ailleurs actuellement des solutions qui risquent d’aboutir à une intégration des coûts dans la facture des consommateurs, selon de récents articles de presse.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: Belga

Discussions

Laisser un commentaire