Les services fiscaux japonais ont demandé à leurs homologues étrangers de leur fournir des renseignements sur plus d’un millier de dossiers concernant des ressortissants et des sociétés japonais pour le dernier exercice fiscal.

 

Les placements d’actifs auprès d’institutions financières à l’étranger pour échapper à toute fiscalité prennent une ampleur croissante.

Le Japon a signé des traités et des accords avec 64 pays et régions pour échanger des renseignements.

Entre mars 2011 et mars 2012, l’agence nationale des Impôts du Japon a demandé à des services fiscaux étrangers de lui fournir des renseignements sur un chiffre record de 1006 dossiers, soit plus de 56 pour cent de plus que l’année précédente. Les informations concernent notamment des comptes bancaires liés à des ressortissants japonais.

Discussions

Laisser un commentaire