La préfecture d’Okayama (région au sud-ouest de Honshu, la principale île du Japon) a conclu un accord de coopération avec la JAXA afin de sécuriser ses connexions internet haut débit en cas de catastrophe naturelle. Pour cela elle utilisera le satellite WINDS, opéré par la JAXA, à des fins de communication et de distribution d’informations.

 

Cet accord a été mis en place pour répondre au scénario dans lequel les réseaux de fibres optiques haut débit de la préfecture seraient coupés en de multiples points.

Il prévoit le déploiement par la JAXA d’antennes paraboliques d’un mètre de diamètre aux points de rupture du réseau afin de permettre la préservation de la connexion jusqu’à ce que les infrastructures terrestres soient de nouveau opérationnelles.

Le satellite WINDS, lancé en 2008 à des fins de montée en vitesse des réseaux internet et de communication, est capable de transmettre et recevoir jusqu’à 155 Mo par seconde.

Bien que ce chiffre soit bien inférieur à la capacité des réseaux de fibre optique (10 Go par seconde) il reste plus de dix fois supérieur à ceux proposés par des satellites commerciaux et permettrait donc par exemple la communication vidéo en temps réel entre les secours sur le terrain, l’administration préfectorale et les quartiers généraux de gestion de crise. En cela cet accord est un bon complément aux services déjà proposés par la fondation LASCOM.

La préfecture d’Okayama, ainsi que cinq autres préfectures ayant conclu des accords similaires vont dans les prochains mois effectuer des exercices communs et des tests grandeur nature de leurs nouveaux systèmes.

Discussions

Laisser un commentaire