Partout dans le monde, les prisons dépensent beaucoup de temps et d’énergie à éviter que les détenus ne s’échappent. Au Japon, c’est l’inverse, le plus grand défi est de les persuader de partir.

 

Parmi les pays développés, le Japon possède l’une des plus fortes proportions de détenus âgés. Les crimes commis par des personnes âgées ont quadruplé au cours des deux dernières décennies. Aujourd’hui, près d’un condamné sur cinq est âgé de plus de 60 ans.

Le coût de prise en charge de ces récidivistes grisonnants représente un poids supplémentaire pour le gouvernement japonais, qui doit déjà gérer une dette égale à environ 240 % du produit intérieur brut.

Afin de diminuer le nombre de récidive, le Japon souhaite, d’ici 2020, réduire de 30% le nombre de détenus étant sans abri, au moment de leur libération.

Respecter ces objectifs sera difficile, compte tenu notamment de la hausse des détenus âgés au cours de la dernière décennie, qui préfèrent souvent une vie subventionné par le gouvernement derrière des barreaux que la misère à l’extérieur.

Prenons le cas d’un détenu de 67 ans, à la prison de Nagasaki, qui purge sa 14ème peine pour vol à la tire. Sa sortie est prévue en Décembre malgré le risque de récidive signalé par les travailleurs sociaux. Il n’a pas d’amis ou de la famille proche, ni d’endroit pour vivre.

A la prison de Fukushima, les condamnés âgés de plus de 60 ans représentent 28 % des détenus. Le plus âgé est un voleur récidiviste de 91 ans, dont la vie en prison lui permet de manger, d’être logé et d’obtenir des soins médicaux gratuitement.

«Les prisons au Japon sont en mauvais état, la plupart du temps sans chauffage ou climatisation», explique Koichi Hamai, professeur de criminologie à l’université Ryukoku. « Mais ils préfèrent encore être là, plutôt qu’à l’extérieur. Ils ont des copains, de la nourriture et sont bien soignés. »

Le Japon est un des pays les plus respectueux de la loi au monde, avec un taux d’incarcération de 49 pour 100 000. A titre de comparaison la France à un taux situé à 103 et les Etats-Unis à 698. Pourtant, la troisième plus grande économie du monde a vu ses prisons évoluer vers quelque chose se rapprochant à des maisons de retraite.

Ces criminels âgées récidivent et sont hors du système car ils manquent de soutien familial et financier. Ils sont souvent traités comme des parias dans leurs communautés.

« Certaines prisons sont devenus des maisons de soins.», a déclaré Ryotaro Sugi, qui a reçu le titre honorifique d’agent des services correctionnels par le ministère de la Justice en 2008 pour la défense du bien-être des détenus, après avoir visité des prisons pendant près de cinquante ans.

« Beaucoup ont besoin d’aide pour marcher, se laver et manger. Certains gémissent de douleur durant la nuit ou, jettent leurs excréments car ils souffrent de démence. »

Selon le ministère japonais de la Justice, au cours des 20 dernières années, les infractions criminelles des japonais âgés de 60 ans et plus ont quadruplé pour atteindre 46 243 cas.
Le budget alloué aux prisons en 2014 était de ¥ 230 milliards de yen (1.79 milliard d’euros). Cela coûte environ 3,2 millions de yens (25000€) pour garder quelqu’un enfermé pendant un an, selon le ministère de la Justice.

Selon la loi japonaise, les récidivistes de crimes mineurs, comme le vol à l’étalage, peuvent passer jusqu’à cinq ans derrière les barreaux. En théorie, quelqu’un volant un bento à ¥ 1,000 (7.80€) pourrait finir par coûter l’état ¥ 16.000.000 (125 000€) en cas de peine maximale.

Les dépenses de santé pénitentiaires sont également en hausse, entraînées par la hausse du coût des soins pour les détenus âgés.

Les frais de médicaments et de matériel médical ont presque doublé, atteignant les 6 milliards de yens (46.6 millions d’euros) ces neuf dernières années.

Selon le ministère de la Justice, le nombre d’admissions à l’hôpital a atteint les 1278 en 2012, soit près du double qu’en 2003.

Les gardiens de prison se retrouvent souvent à effectuer le travail d’infirmière. À la prison pour femmes de Fukushima, les condamnés fragiles sont pris en charge par des officiers qui changent leurs couches pour adultes et sous-vêtements mouillés, nettoient leurs corps souillés et les aident à marcher.

En 2009, le Japon a mis en place des centres de soutien dans 47 préfectures du pays, afin d’aider le retour des détenus dans la société.

Chaque année, environ 6400 prisonniers sont libérés sans endroit où aller. Selon les statistiques officielles, une personne sur trois récidive et sera de nouveau incarcéré dans les deux ans.

 

Source : Bloomberg

Discussions

3 Réponses

  1. Zobylamouche

    «Les prisons au Japon sont en mauvais état, la plupart du temps sans chauffage ou climatisation» Elles offrent en tout cas des conditions d’incarceration bien plus confortables que les prisons des autres pays.
    Dans cette video on montre les ressortissants etrangers dans une prison pour femme au Japon. Le personnel carceral est au petit soin et les detenues n’ont pas l’air malheureuse. Ca serait surement plus dur dans leur propre pays.
    https://www.youtube.com/watch?v=sst-qXO2OLY

  2. bordas

    Cela n’arrive pas qu’au Japon, même dans les prisons françaises, il y a des sdf, qui plutôt que de rester dehors sans toit, préfère être en prison, afin d’y être logé, nourris et soigné…. C’est triste à dire, mais ce phénomène existe partout dans le monde, et ne va pas en diminuant.

Laisser un commentaire