En 2008, le photographe polonais Arkadiusz Podniesinski s’est rendu à Tchernobyl pour la première fois afin de créer un documentaire sur les conséquences de la catastrophe nucléaire ukrainienne. Puis en 2011, le grand tremblement de terre frappa le Japon suivi par un tsunami qui déclenchèrent la crise nucléaire de Fukushima que l’on connait tous.

 

5 ans après, l’accès à une grande partie de Fukushima reste encore limité en raison d’un taux de radiation élevé, mais Podniesinski a pu récemment se rendre dans la « no-go-zone » et a ramené quelques images de ces lieux restés dans l’état dans lequel ils étaient au moment du drame, comme figés dans le temps.

 

Ville de Namie :

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

Malgré le fait qu’il n’y a plus d’habitants, les lumières de la ville fonctionnent toujours

Ville de Futaba :

13

14

15

16

Le photographe devant le message de propagande : « L’énergie nucléaire est l’énergie d’un avenir radieux », retiré il ya quelques semaines.

17

« L’énergie nucléaire local garantit un avenir vivant »

18

19

20

21

22

23

24

25

26

Retrouvez d’autres photos d’Arkadiusz Podniesinski sur son site officiel

Discussions

6 Réponses

  1. Diane Mc Milan

    le gars en pleine radioactivite avec sa charlotte et son EPI il ce protege de quoi? de la pluie? ont nous prends vraiment pour des cons… le pire c’est qu’on en parle plus des fuites des piscines de refroissement dans les eaux du monde qui coulent toujours… et du fait que les dechets produits la bas ont une duree de vie total de 10 ans et bien plus!

Laisser un commentaire