A quelques mois d’élections sénatoriales cruciales, Shinzo Abe a convoqué, hier soir, les grandes organisations patronales de l’archipel pour leur demander d’augmenter les salaires de leurs employés.

 

Le chef du gouvernement estime que cette hausse, qu’il ne peut lui-même forcer, s’inscrirait parfaitement dans sa stratégie de relance de l’activité et de sortie de la déflation.

Depuis son arrivée au pouvoir fin décembre, le gouvernement Abe a réjoui les marchés en encourageant la dépense publique et en militant pour un assouplissement monétaire massif.

« Nous apercevons finalement les premiers signes d’espoir dans l’économie », a expliqué Shinzo Abe aux représentants des grands patrons du pays avant d’expliquer que la réussite de sa stratégie dépendrait de la capacité du pays à « relier cette dynamique à une hausse des revenus des gens travaillant dur ».

« Nous devons transcender notre mode de pensée traditionnel pour aider le secteur privé et le gouvernement à résoudre ensemble ces difficultés », a encore martelé le responsable devant des professionnels visiblement dubitatifs.

Selon les statistiques gouvernementales, le revenu moyen des travailleurs japonais a reculé sur huit des dix dernières années.

Discussions

Laisser un commentaire