« Le Japonais nait Shinto et meurt Bouddhiste ».

 

L’idée de prier quotidiennement, se rendre à un temple toutes les semaines ou consulter des textes ou des conseillers religieux en temps de crise sont des pratiques aussi étrangères pour les Japonais que de jouer à la pétanque durant les vacances.

La plupart des Japonais ont une vision neutre de la religion et en pratiquent plusieurs dans leur vie. Ainsi, environ 80 % de la population serait shintoïste et 70 % bouddhiste. Un Japonais peut ainsi aller prier dans un sanctuaire Shinto durant le nouvel an, célébrer un mariage chrétien dans une église et avoir des funérailles dans un temple bouddhiste.

Ayant un grand respect pour le temples shinto, les gens utilisent des torii miniatures afin d’enrayer un problème croissant dans de nombreux quartiers, le dépôt sauvage de déchets.

008
Le Japon étant une nation insulaire, l’immobilier reste prioritaire. L’espace nécessaire pour créer de grandes décharges étant un luxe, les déchets doivent être soigneusement triés afin d’être recyclés.

Pour rendre les choses encore moins pratiques, il faut payer des frais supplémentaires lorsqu’on souhaite se débarrasser d’un objet trop gros.

Malgré le fait que le Japon soit un pays extrêmement propre dans l’ensemble, il y aura toujours une poignée d’individus tentant de placer leurs ordures sur le bord de la route.

Afin de contrer cette pratique, certaines personnes ont décidé de placer ces voyous face aux Dieux en plaçant des mini torii dans les endroits à risque.

Les torii se situent généralement à l‘entrée des Sanctuaires. Ces torii anti-ordures sont beaucoup plus petits en taille, mesurant environ un mètre de hauteur.

torii-shinto-ordures-urine-japon

Que ce soit dû à la ferveur religieuse, la peur de la colère divine, ou tout simplement la surprise de voir un torii situé dans un endroit inattendu, ces ornements religieux permettent à ces endroits de rester propre.

La pancarte indique déjà qu’il est interdit de déposer des ordures mais le torii ajoute un point d’exclamation.

La pancarte indique déjà qu’il est interdit de déposer des ordures mais le torii y ajoute un point d’exclamation.

Certains pensent qu’un simple dessin d'un torii peut suffire, comme le montre cette pancarte placée dans un champ.

Certains pensent qu’un simple dessin de torii suffit…

Ces torii sont également utilisés pour lutter contre un phénomène étonnamment fréquent au Japon : uriner dans la rue. Non limitée aux zones rurales, cela est notamment pratiqué par les nombreux salaryman en état d’ébriété.

Qui oserait faire pipi sur un Dieu ?

Qui oserait faire pipi sur un Dieu ?

 

Source : Rocketnews24

Discussions

Laisser un commentaire