Loin des poupées gonflables assez peu ressemblantes dont on a l’habitude, les love dolls sont ces répliques de femmes en silicone au réalisme effarant.

 

Pour assouvir des pulsions sexuelles, ou simplement pour lutter contre la solitude, les modèles personnalisables de ces mannequins haut de gamme font un carton auprès de la gent masculine japonaise.

Si les love dolls existent en Europe ou aux Etats-Unis, ces poupées en silicone customisables à souhait sont un véritable phénomène de société au Japon.

À tel point que les sites proposant ces jouets pour hommes insatisfaits explosent et les fabricants enregistrent des records de vente.

 

Des poupées à la carte

 

Sur les catalogues en ligne prévus à cet effet, les acheteurs sont invités à choisir l’aspect, la forme, la taille de leur future partenaire.

Blonde ou brune, petite ou grande, fine ou bien en chair, ils peuvent déterminer chaque détail et ainsi sélectionner celle qui pourra coller à leurs fantasmes, en ayant même la possibilité plus tard de la personnaliser avec des vêtements, du maquillage ou même des accessoires.

Incroyables de réalisme, c’est justement cette ressemblance de plus en plus frappante qui fait leur succès selon les fabricants.

« Il y a 10 ans les poupées ne pouvaient pas garder une position figée, parce que leur articulations étaient trop molles. Maintenant, on a inventé un système de grip, qui permet de fixer leurs mouvements.

Elles peuvent ainsi adopter toute une variété de positions » explique Kouji Kodama, le responsable Orient Kyogo, le leader des love dolls depuis 2001, aux caméras de l’Effet Papillon sur Canal +.

 

« Ça m’est déjà arrivé de répliquer le visage d’une femme morte »

 

Mais ces poupées ne sont évidemment pas à la portée de tout le monde et il faut compter en moyenne 5 000 euros pour l’un de ces mannequins siliconés.

Pour ceux qui n’en auraient pas les moyens, il y a néanmoins toujours la possibilité de les louer. À Tokyo, le tarif approche les 70 euros de l’heure pour une poupée avec tous ses accessoires.

« 70% de ma clientèle se compose d’hommes mariés. En fait, ils ne veulent pas aller voir des prostitués, par peur d’attraper des maladies ou parce qu’ils auraient l’impression de trahir leur partenaire. Mes clients, ce sont des hommes sérieux  » explique un loueur de poupées dans l’émission.

Des maris insatisfaits, donc, ou bien des célibataires, ou des veufs, qui ont beaucoup de mal à accepter la solitude. Le directeur d’Orient Kyogo indique ainsi qu’un certain nombre d’hommes seuls qui ont perdu leur femme lui font commande de modèles bien précis.

« Il y a des japonais qui pensent encore à leur femme décédée. Nous, on ne peut pas fabriquer complètement le corps d’une femme à l’identique, mais on peut faire une tête sur mesure à partir d’une photo. Ça m’est déjà arrivé de répliquer le visage d’une femme morte » raconte Hideo Tsuchiya.

Pour le moment simples mannequins inanimés et froids, les love dolls pourraient bien vite devenir plus vrais que nature puisque des modèles pouvant parler, bouger et même penser toutes seules seraient actuellement à l’étude.

 

 

Source: Gentside

Discussions

2 Réponses

Laisser un commentaire