Un tribunal japonais a débouté jeudi Samsung d’une plainte contre Apple à qui il reprochait un vol de technologie pour la transmission des données, dernière péripétie de la guerre des brevets que se livrent les deux géants des smartphones.

 

Un tribunal de Tokyo a jugé que le groupe sud-coréen n’avait pas la propriété intellectuelle sur la technologie utilisée par son concurrent américain sur de précédentes générations de téléphones iPhone et tablettes iPad pour transmettre des données.

Samsung avait réclamé l’interdiction et la vente des smartphones d’Apple ayant recours à cette technologie, a expliqué un porte-parole du groupe sud-coréen à Tokyo.

Apple avait argué pour sa part que Samsung ne disposait pas d’un brevet en bonne et due forme à ce sujet et qu’il ne pouvait en conséquence pas prétendre à réparation, d’après le même porte-parole.

Selon cette même source, des procès similaires à propos de l’utilisation de la même technologie de transmission ont eu lieu aux Etats-Unis, où Apple l’a emporté, et en Corée du Sud, où Samsung a eu gain de cause.

Apple n’a pour sa part pas souhaité commenter le sujet.

Ce procès était le dernier en date d’une guerre judiciaire mondiale que se font les deux géants autour des technologies utilisées dans leurs téléphones multifonctionnels et leurs tablettes informatiques.

Les deux groupes qui s’accusent mutuellement de violation de brevets sont en conflit judiciaire dans une dizaine de pays et, rien qu’au Japon, une douzaine de procès les opposent, a résumé le porte-parole de Samsung.

Sur le crucial marché américain, Apple a eu globalement gain de cause et un tribunal de San Jose (Californie) a refusé fin janvier d’accorder un nouveau procès à Samsung, confirmant une amende de 1,04 milliard de dollars infligée au groupe sud-coréen.

Apple et Samsung sont en concurrence directe sur le marché des smartphones et des tablettes informatiques, Samsung occupant la première place mondiale pour les premiers et Apple pour les secondes.

Discussions

Laisser un commentaire