Les fenêtres définissent un cadre à un paysage superbe.

 

Dans l’architecture japonaise, le rôle des fenêtres ne se limitent pas seulement à l’éclairage et la ventilation mais elles permettent aussi d’apprécier la vue sur laquelle elles s’ouvrent.

Offrir un morceau de paysage choisi à travers une fenêtre est une façon unique de profiter de la nature. Le panorama visible par la fenêtre est comparable à une véritable image et fait partie intégrante de l’architecture toute entière.

Des magnifiques cerisiers en fleurs au printemps, en passant par les arbres verts de l’été, aux feuilles colorées de l’automne jusqu’à la quiétude de la neige hivernale.

Goûter chaque saison à travers une fenêtre japonaise est un des meilleurs moyens de se sentir proche de la nature.

 

Yukimi shoji (fenêtre de la neige)

image_1391249557_article

Yukimi shoji signifie « fenêtre pour contempler la neige ». L’idée est de masquer le ciel et les éléments superflus pour focaliser la vue uniquement sur le sol enneigé. C’est une astuce pour que les personnes concentrent leur regard sur la neige qui tombe et qui, lentement, recouvre le sol.

 

Kazari shoji (fenêtre décorative)

image_1392735032631_article

image_1392734974915_article

Les Kazari shoji sont des œuvres d’art en elles-mêmes. La lumière qui filtre au travers magnifie de ravissantes compositions.

 

Le pavillon de cérémonie du thé de Meigetu-in à Kamakura

image_1391250107_article

Unryu-in à Kyoto

image_1392735513793_article

Les différentes fenêtres divisent la vue en quatre scènes séparées. Chaque fenêtre s’ouvre sur une petite partie du même ensemble mais le ressenti est totalement différent de par ce dispositif.

 

La fenêtre de l’éclairement spirituel et la fenêtre de la confusion au Genkou-an à Kyoto

image_1391253681_article

image_1392736049235_article

La fenêtre ronde sur la gauche est nommée « fenêtre de l’éclairement spirituel ». Dans le Bouddhisme Zen le cercle représente une figure pure sans préjugés. Cette fenêtre illustre l’étape ultime de l’illumination.

A l’inverse, la fenêtre rectangulaire s’appelle « fenêtre de la confusion ». La forme rectangulaire exprime la vie humaine. Les quatre coins du rectangle correspondent aux quatre maux auxquels l’homme ne peut échapper : naître, vieillir, tomber malade et mourir.

 

source : tsunagujapan.com

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire