Pour la première fois en quatre ans, les Etats-Unis pourraient s’imposer, devant la Chine, comme le plus important marché pour les exportateurs japonais.

 

Selon les derniers calculs du Daiichi Life Research Institute, les exportations à destination du marché américain ont atteint la somme de 3.000 milliards de yens (3 milliards d’euros) sur le trimestre allant d’avril à juin. Les envois à destination de la Chine étaient légèrement inférieurs en valeur, à 2.900 milliards de yens (2,9 milliards d’euros).

 

Avec le ralentissement de l’économie chinoise, les entreprises nippones ont récemment assisté à un recul de leurs envois d’acier sophistiqué et de composants électroniques quand, dans un même temps, elles profitaient de l’apparente reprise d’activité aux Etats-Unis, en poussant leurs exportations de composants pour l’industrie automobile ou d’engins utilisés dans l’extraction de gaz. Cette tendance mesurée sur les premiers mois de l’année pourrait se confirmer d’ici à la fin décembre, alors que les tensions diplomatiques entre Pékin et Tokyo continuent de peser sur l’activité commerciale des groupes nippons installés en Chine. Depuis le début de la semaine, tous les constructeurs automobiles nippons ont reconnu que leurs ventes avaient presque été divisées par deux dans le pays sur les mois de septembre et octobre.

Discussions

Laisser un commentaire