Les dirigeants de la planète se sont mis d’accord pour réduire les réserves d’uranium utilisable à des fins militaires de même que d’autres matériaux sensibles, afin de contrer la menace terroriste nucléaire.

 

Les leaders de plus de 50 pays ont adopté mardi un communiqué à la fin du Sommet sur la sécurité nucléaire, qui s’est tenu pendant deux jours à La Haye.

Le communiqué de La Haye demande également aux pays de ne garder qu’une réserve minimale de plutonium. Il appelle aussi à un soutien politique et financier pour l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Le Japon a annoncé à l’occasion de ce sommet qu’il va retirer tout l’uranium et le plutonium enrichis d’une installation de recherche et les remettre aux Etats-Unis pour leur élimination.

 

Il reste des défis à relever pour le Japon

 

Le Japon est confronté à plusieurs défis en ce qui a trait à la réduction de ses réserves de matériaux nucléaires, dans l’objectif de prévenir leur utilisation à des fins terroristes.

Le Japon a soutenu une déclaration commune avec les Etats-Unis lors du Sommet sur la sécurité nucléaire visant à remettre les réserves de plutonium qui lui avaient été fournies par d’autres pays à des fins de recherche durant les années 60.

Ces réserves incluent 331 kilos de plutonium, fournis par les Etats-Unis et d’autres pays et utilisés dans le cadre de recherches sur l’assemblage critique rapide.

Les Etats-Unis ont récupéré ces matériaux nucléaires afin d’empêcher les terroristes de les acquérir.

Le Japon conserve aussi une réserve d’environ 44 tonnes de plutonium retraité à partir de combustible nucléaire usagé. Il s’agit d’une quantité suffisante pour fabriquer 5 500 bombes selon les calculs effectués par l’Agence internationale de l’énergie atomique.

 

Un geste apprécié par la Chine

 

La Chine a indiqué mardi soir que l’engagement fraîchement pris par le Japon de renvoyer les matières nucléaire sensibles aux Etats-Unis constituait un premier pas dans la bonne direction.

« La Chine salue l’accord », a affirmé M. Hong, ajoutant que celle-ci appréciait et soutenait les efforts américains pour récupérer ses matières nucléaires sensibles à l’étranger.

« Nous sommes également heureux de voir les effets des appels de la communauté internationale », a-t-il déclaré.

M. Hong a appelé le Japon à continuer à agir de manière concrète à cet égard, notant que la Chine espérait une solution au déséquilibre offre-demande des matières nucléaires au Japon le plus tôt possible.

« Le Japon stocke toujours d’autres matières nucléaires sensibles, qui dépassent de beaucoup sa demande normale actuelle », a-t-il indiqué.

 

Source: NHK/china.org

Discussions

Laisser un commentaire