Des chercheurs japonais craignent que les débris du tsunami géant qui a frappé la partie nord-est du Japon le 11 mars 2011 aient à long terme un impact nocif sur les écosystèmes marins.

Une équipe de l’université de Kagoshima a traversé le Pacifique, entre le Japon et Hawaï, au cours des mois d’août et septembre à bord d’un navire de formation afin de constater visuellement la présence des débris.

L’équipe scientifique a ainsi identifié plus de 900 objets. Certains débris ont même été retrouvés dans l’estomac de thons pêchés par les chercheurs.

Selon eux, les débris trouvés ne proviennent pas forcément tous des zones frappées par le tsunami mais certains équipements de pêche retrouvés à la surface provenaient sans équivoque du nord-est du Japon.

Discussions

Laisser un commentaire