Les danseurs de Ballet de l’opéra de Paris donnent un cours de danse à Fukushima afin d’encourager les élèves victimes de la catastrophe.

 

L’accident de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi survenu il y a 3 ans a entrainé une baisse du nombre d’élèves, notamment dans l’école de ballet Hitomi Takeuchi.

Afin de supporter cette école, le 26 juillet, les danseurs de l’Opéra de Paris, dont la danseuse étoile Dorothée Gilbert, leur ont demandé de continuer à aller de l’avant, en rappelant que les difficultés pourraient être surmontées tant qu’ils gardent intact leur passion pour le ballet.

A 15h, les danseurs de Paris ont été accueillis par une trentaine d’élèves qui ont pu examiner attentivement les mouvements de ces danseurs de calibre mondial qu’ils ont probablement toujours rêvé de voir de loin ou de près.

«J’ai appris l’importance de perfectionner chaque pose, » dit Mayu Sakai, 18 ans, qui prévoit d’étudier dans une école de ballet à Chicago en Septembre. « Je veux devenir une ballerine pouvant danser n’importe où dans le monde. »

Une autre participante, Rio Sato âgée de 16 ans, était revenu temporairement de Grande-Bretagne ou elle étudie à la Royal Ballet School de Londres. Au moment des catastrophes du 11 mars 2011, elle avait dû renoncer à un concours international aux Etats-Unis pour revenir au plus vite au Japon. Cependant, la Royal Ballet School, ayant repéré ses compétences, lui a permis de continuer à pratiquer le ballet.

L’école de ballet Hitomi Takeuchi comptait environ 200 pratiquants avant l’accident nucléaire de Fukushima. Environ 40 élèves ont dû abandonner le ballet après avoir été forcés d’évacuer.

Ceux qui ont continué à pratiquer à l’école ont dû prendre des précautions de sécurité supplémentaires à cause des répliques qui ont suivi le grand tremblement de terre. Les vêtements et les objets de valeur étaient posés à l’entrée de la salle de danse afin que les élèves puissent récupérer leurs biens et fuir rapidement en cas de forte secousse.

Ces leçons de ballet hors du commun ont été organisées par l’ambassade française à Tokyo. Il s’agissait de la deuxième série de leçons organisée après celles de Sendai et Ishinomaki dans la préfecture de Miyagi en 2012.

Deux écoles de ballet situées dans la ville de Fukushima ont été choisies cette année afin d’offrir cette opportunité aux jeunes touchés par l’accident nucléaire de Fukushima.
Aujourd’hui, des cours auront également lieu à Sendai et Ishinomaki.

Source: Asahi

Discussions

2 Réponses

  1. Valjean

    Les encourager a faire carrière ailleurs que dans ce putain de pays qui préfère laisser crever les paysans et les vieux plutôt que de gâcher les JO 2020 et foutre des milliards dans des aménagements qui ne servent a rien.

    Con de pays, j’ai honte de payer mes impôts pour ça

Laisser un commentaire