Alors que la population du pays vieillit, faire de l’exercice devient un enjeu de santé canine… et humaine.

 

Le Japon adore le life-tracking, et l’avait déjà fait savoir en produisant Wii Fit. Ce pèse-personne – manette de jeu de Nintendo (sorti en France en 2008), qui permet de faire de l’exercice en s’amusant et de mesurer ses progrès, avait largement contribué à promouvoir le quantified self auprès du grand public.

Encore assez peu touché par l’obésité, le Japon a pourtant ses propres démons : la dénatalité et le vieillissement.

Alors que selon les projections, le pays devrait voir sa population de 127 millions d’habitants diminuer d’un tiers à l’horizon 2050, la santé des personnes âgées devient un enjeu de santé publique, et la solitude un problème croissant.

C’est en 2003 qu’on a commencé à parler de «pet-boom», quand le nombre de chats et de chiens a dépassé le nombre d’enfants de moins de 16 ans au Japon.

Surfant sur cette vague, quantité de magasins spécialisés et services ont vu le jour, et le toutou Tokyo habille déjà ses animaux depuis longtemps avec des lignes de vêtements spécialisés.

Mais Fujitsu est allé encore plus loin fin 2012 en lançant le Wandant, un podomètre… pour chiens (contraction de « wan-wan», l’équivalent japonais de notre «ouaf ouaf», et de «pendant», pendentif).

 

Compter les pas de son chien

 

«Ces dernières années, les cas d’obésité et de diabète chez les chiens n’ont cessé d’augmenter», explique Naoki Mishiro, chargé de communication du constructeur informatique et électronique.

Qui propose donc via ce boitier de 16g, à fixer au cou de Médor, de mesurer la distance parcourue par celui-ci, mais aussi les changements de température de son corps et d’éventuels tremblements, «pour mieux cerner les sources de stress» de l’animal.

Les informations sont ensuite transmises via la technologie NFC (aussi utilisée pour le paiement sans contact) vers un smartphone, et de là sur le Cloud, où elles pourront être visualisées sous forme de graphique, et enrichies par le maître consciencieux, qui y ajoutera le poids du chien, la quantité de nourriture ingérée et l’état des selles.

L’appareil, qui n’est pour l’heure disponible qu’au Japon, est en vente sur internet et dans certaines boutiques animalières pour 9800 yen (environ 75 euros).

La dimension «partage» n’est pas exclue, Fujitsu envisageant à terme de permettre à l’utilisateur de transmettre directement ces données au vétérinaire, voire de les envoyer automatiquement à des laboratoires de recherche.

 

Le système canin bientôt adapté aux seniors?

 

Alors qu’il est bien précisé sur l’emballage que le Wandant est réservé exclusivement à un usage canin et ne convient ni aux chats, ni aux hommes, le constructeur est aussi impliqué dans un autre projet, plus «humain», qui «exploite» l’autre grand problème du Japon : le vieillissement de la population.

Face à sa démographie vieillissante et pour contrôler ses coûts médicaux, la ville de Otawara, à 160 km au nord de Tokyo, a lancé début mai l’opération « Objectif : trois millions de pas », avant tout destinée aux seniors et qui part du principe que faire 8000 pas chaque jour (et donc trois millions par an) permet de rester en bonne santé.

Les citoyens – volontaires – sont ainsi équipés d’une application spéciale sur leur smartphone qui leur permet de recenser leurs marches quotidiennes, et grâce à un système de classement, de se mesurer aux autres habitants. Et pourquoi pas à leur chien.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source : 20 minutes

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire