Le taux de chômage au Japon a grimpé à 4,3% en février contre 4,2% en janvier, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures.

 

En décembre, on recensait 2,77 millions de chômeurs au Japon, soit 4,2% de moins qu’un an plus tôt, pour une population au travail en augmentation de 0,3% à 62,42 millions d’individus.

Le taux pourrait avoir progressé du fait d’un retour sur le marché de l’emploi de chômeurs auparavant découragés qui n’apparaissaient pas dans les statistiques officielles.

L’accession du dirigeant de droite Shinzo Abe au poste de Premier ministre à la fin décembre a entraîné en effet une amélioration des perspectives attendues pour l’emploi.

Le marché du travail s’est toutefois globalement maintenu dans les mêmes conditions: on comptait en février 85 offres d’emplois pour 100 demandes dans l’archipel, comme en janvier, d’après des données séparées publiées par le ministère du Travail.

Le nouveau chef du gouvernement a notamment fait adopter un plan de relance de 20.200 milliards de yens (167 milliards d’euros), dont la moitié provenant des caisses de l’Etat, pour doper l’activité entre autres dans le secteur de la construction.

Ce train de dispositions exceptionnelles est censé générer la création de 600.000 emplois et un surcroît de croissance de 2 points de pourcentage lors de la prochaine année budgétaire (avril 2013 à mars 2014).

M. Abe veut aussi soutenir l’activité des entreprises par des réformes réglementaires et compte, enfin, sur la souplesse de la politique monétaire de la BoJ dont il vient de désigner le nouveau gouverneur.

 

 

 

Discussions

Laisser un commentaire