Le secrétaire général du Parti libéral démocrate (PLD) du Japon, Shigeru Ishiba, a déclaré que son organisation politique avait reçu des dons d’un ressortissant sud-coréen, a rapporté jeudi le média local.

D’après les médias, l’organisation de M. Ishiba a reçu 750000 yens (environ 9457 dollars américains) sur une période de cinq ans prenant fin en 2011, d’un ami personnel de M. Ishiba qui gère trois entreprises au Japon.

La loi de contrôle des fonds politiques au Japon interdit strictement aux hommes politiques de recevoir des dons politiques de ressortissants étrangers, pour empêcher les puissances étrangères d’influencer les politiques domestiques.

M. Ishiba, ancien ministre de la Défense, a affirmé que son organisation avait accepté les dons car ils ne savaient pas que le donateur n’était pas japonais, bien que M. Ishiba ait qualifié le donateur d’ami personnel de longue date.

Tout en soulignant que les donations n’étaient pas une tentative de manipuler son bureau, M. Ishiba a déclaré lors d’une conférence de presse que comme le donateur utilisait un nom japonais, il n’avait pas la moindre idée en fait qu’il était Sud-coréen, bien que le donateur ait été un businessman éminent de la région japonaise de Tottori.

Suite à une enquête interne déclenchée par un scandale similaire de financement impliquant l’ancien ministre des Affaires étrangères, Seiji Maehara, qui a démissionné suite à cette affaire, le bureau de M. Ishiba a déclaré avoir retourné les fonds illicites au ressortissant coréen en 2011, car il savait qu’accepter consciemment les fonds allait à l’encontre des lois japonaises.

M. Ishiba s’est présenté en septembre à la tête du PDL, mais a été battu par Shinzo Abe, qui avait occupé la fonction de Premier ministre entre 2006 et 2007.

Discussions

Laisser un commentaire