L’opérateur de la centrale de Fukushima a officiellement appelé l’Etat à l’aide mardi, puis a accepté mardi les conditions fixées par le gouvernement. Objectif : obtenir rapidement les fonds nécessaires à sa survie.

 

C’est un véritable plan de sauvetage qui est en préparation au Japon. Au départ une nationalisation de Tepco semblait inévitable. Finalement, on se dirige plutôt vers la création d’un fonds spécial qui resterait tout de même alimenté par les pouvoirs publics.

Selon les opérateurs de marchés sur place, jusqu’à 50 milliards de dollars seraient nécessaires pour financer le coût de l’accident nucléaire pour Tepco, indemnisation des victimes comprise. Une somme que l’opérateur rembourserait progressivement au cours des dix prochaines années.

 

13 milliards de dollars de compensations financières

 

En attendant les détails précis de ce plan de sauvetage, le groupe a déjà accepté les conditions fixées par l’Etat en échange de son aide. Tepco renonce notamment à fixer un plafond aux compensations financières qui seront versées aux victimes.

Un compromis qui risque de creuser encore un peu plus les pertes du groupe. Selon la presse japonaise, ces indemnisations devraient atteindre près de 13 milliards de dollars sur l’année budgétaire qui vient de se terminer.

Discussions

Laisser un commentaire