Le premier ministre japonais Shinzo Abe se rendra à Moscou fin avril, a annoncé jeudi aux journalistes une source au sein du Kremlin.

 

« Nous nous préparons à la visite du premier ministre nippon qui aura lieu à la fin de ce mois », a dit le fonctionnaire.

M.Abe a déclaré auparavant qu’il comptait, lors de sa prochaine visite à Moscou qui sera la première visite officielle en Russie du chef du gouvernement nippon depuis dix ans, conférer une nouvelle impulsion aux relations bilatérales.

Selon lui, dans la situation en pleine mutation en Asie-Pacifique, les relations avec la Russie sont en train de revêtir une signification toute particulière pour le Japon, et que leur amélioration serait un bien pour Tokyo.

Dans le même temps, M.Abe a réaffirmé sa volonté de poursuivre les négociations avec la Russie sur les « Territoires du Nord » (nom attribué par les Japonais aux quatre îles Kouriles du Sud, ndlr) en vue de régler ce litige territorial et de signer un traité de paix entre Moscou et Tokyo.

Les relations russo-japonaises sont depuis plusieurs décennies perturbées par un litige territorial. Le pays du soleil levant revendique quatre îles faisant partie des Kouriles du Sud (Itouroup, Kounachir, Shikotan et Habomai), rattachées à la Russie au lendemain de la Seconde guerre mondiale.

Pour étayer sa position, Tokyo évoque le traité bilatéral sur le commerce et les frontières de 1855 reconnaissant la souveraineté japonaise sur ces îles. Cette revendication est avancée par Tokyo à titre de préalable à la conclusion du traité de paix avec la Russie.

Les deux pays restent formellement en guerre, puisqu’aucun traité de paix n’a été conclu au terme de la Seconde Guerre mondiale.

Moscou souligne pour sa part que la souveraineté des Kouriles est irrévocable et propose au Japon de renoncer à ses revendications et de développer la région de concert avec la Russie.

Discussions

Laisser un commentaire