Il fut un temps où Mixi était le seul réseau social important au Japon. Mais ces temps-ci, après de longues années de stagnation, il ne fait plus vraiment parler de lui au quotidien puisqu’il a été remplacé, en terme de popularité, par des rivaux tels que Gree, Mobage, Twitter, Facebook et plus récemment Line.

 

Mais Mixi a aujourd’hui ajouté une nouvelle corde de mariage/rencontres à son arc. Est-ce un geste désespéré pour regagner en popularité ou un défi de riposte qui pourrait guérir le faible taux de mariage et de natalité de la nation ?

Depuis le mois de juin, Yusuke Asakura, âgé de 31 ans, est le nouveau président de l’entreprise fondée par Kenji Kasahara. Il a décidé de faire remonter la popularité de Mixi en lançant plusieurs petites entreprises en interne qui ne sont pas directement liées au service de réseautage social principal.

Avec des ventes publicitaires en baisse, 2013 est la première année où Mixi sera dans le rouge depuis l’année 2006 où elle a été cotée en Bourse. Évidemment Asakura connait l’urgence de situation et se doit de faire revivre Mixi, soit de trouver la nouvelle grosse affaire.

 

Beaucoup attendaient de voir quelle direction Mixi allait prendre.

 

Le 1er octobre, Asakura a annoncé qu’il allait acheter les départements soutenant le mariage de son rival Line en Décembre. Le nouveau groupe d’affaires qui en résultera, Diverse, deviendra une filiale appartenant exclusivement et à 100% à Mixi et il prendra en charge la gestion du service mariage-rencontres Youbride de Line qui compte 720 000 membres.

Puis, le 7 octobre, Mixi a annoncé une autre acquisition. Il s’agit cette fois d’une société de machikon appelé Confianza. Le machikon est une nouvelle accroche faisant référence aux évènements locaux de rencontres en face à face qui ont souvent lieu dans une ville entière et qui regroupent des centaines de célibataires.

Les bars et les restaurants locaux hébergent également des rassemblements aléatoires, de style roulette russe, pour des jeunes femmes et des jeunes hommes célibataires. Certaines administrations municipales soutiennent même ces événements dans l’espoir qu’ils augmentent le taux de mariage – et par conséquent le taux de natalité.

Confianza organise ces événements machikon et exerce ses activités sans aucune connexion à Internet.

Mixi a souligné que ses deux nouvelles filiales ne seraient pas liées à son réseau social.

En proposant des rencontres, Miki a en quelque sorte franchi une étape de retour aux sources puisqu’il était un lieu de rencontre en ligne populaire chez les célibataires quand il était au sommet de sa popularité en 2006.

Après l’annonce de la prise en charge de Youbride par Mixi, CNET Japan, entre autres, a souligné l’oubli d’une annonce d’envergure encore plus grande : en plus d’acquérir le service mariage-rencontres, Mixi a également acheté YYC, un service de rencontres en ligne comptant 5,8 millions de membres.

Ni les communiqués de presse de Line ni ceux de Mixi mentionnent le transfert d’YYC.  Ce n’est qu’une supposition de CNET Japan et de plusieurs blogueurs mais Line pourrait vouloir troquer YYC car elle veut devenir publique, ce pour quoi il n’est pas idéal de posséder YYC.

Cependant, aucune des deux sociétés ne semble suggérer qu’elles aient réellement négocié ce site de rencontres. Chose qui, pour les hommes d’affaires étrangers, peut sembler étrange car les rencontres en ligne ont le potentiel pour devenir un gros marché.

Au Japon, les rencontres en ligne ne sont généralement pas considérées comme une activité alors qu’à l’étranger, il existe plusieurs services performants et fiables tels que Match et eHarmony. Aussi, les gens publient plus facilement des annonces de célibataires sur des sites de petites annonces.

Au Japon, cependant, les rencontres en ligne ont toujours été critiquées. A chaque fois qu’un nouveau service social devient populaire, le fait que quelqu’un puisse facilement communiquer avec une autre personne qu’il ne connait pas devient un problème.

Les critiques des médias montrent principalement du doigt les adultes qui cherchent à rencontrer des enfants, mais aussi les rapports sur les incidents qui ont lieu entre adultes qui sont vus comme « le côté obscur du réseautage social ». Et quand les médias se retournent contre quelque chose, le public a tendance à faire la même chose.

Par le passé, beaucoup de japonais avaient rencontré leurs conjoints par le biais de mariages arrangés, un processus appelé omiai.

De fait, les personnes issues de générations plus âgées pensent que les rencontres sont acceptables quand elles conduisent au mariage – c’est pour cela que les services de mariage-rencontres peuvent être vus comme l’étant. Mais le fait de juste proposer des services de rencontres va à l’encontre de telles pensées traditionnelles et ce n’est donc pas considéré comme étant une activité acceptable pour une société qui est cotée en bourse.

A cause de cette attitude négative envers les rencontres en ligne, le fait que Mixi s’en rapproche peut sembler risqué. Mais les faibles taux de mariage et de naissance du pays atteignent des niveaux de crise et les médias et le grand public se plaignent souvent que les jeunes ne sont pas intéressés par les rencontres ou le mariage.

Si Mixi peut utiliser ces acquisitions et changer l’attitude anti-rencontres de la société, il peut non seulement se sauver, mais aussi contribuer à l’avenir de la nation.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Discussions

Laisser un commentaire