Le retraité japonais qui rêvait d’être député à 94 ans a raté son pari: il n’a pas été élu et, du coup, a perdu l’argent prévu pour ses obsèques, 36’000 dollars qu’il avait investis.

 

«Mon grand-père me disait toujours que c’est honteux d’être attaché à l’argent», a dit Ryokichi Kawashima à l’AFP lundi, au lendemain de «sa» défaite aux législatives de dimanche. Dans sa circonscription de Saitama, au nord de Tokyo, il n’a obtenu que 2169 voix, très loin de la barre des 10% nécessaires pour pouvoir récupérer son «ticket d’entrée».

Aucune amertume pourtant chez ce nonagénaire qui a fait campagne en déambulateur à roulettes avec sa fille de 65 ans. «Ça m’est égal si je meurs dans une forêt près du mont Fuji et que je retourne à la terre. J’ai participé aux élections pour me faire entendre et faire entendre la voix des faibles, c’est ça qui compte».

Quant au résultat de ces législatives largement remportées par les conservateurs, Ryokichi Kawashima, un vétéran de la guerre sino-japonaise et de la deuxième guerre mondiale, n’est pas très optimiste: «c’est effrayant. Ceux qui ont gagné doivent jubiler, mais il ne vont pas durer longtemps».

A l’issue des élections de dimanche, le plus vieux député à la chambre basse est désormais l’ancien gouverneur de Tokyo Shintaro Ishihara, âgé de 80 ans.

Discussions

Laisser un commentaire