Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne exigent que la Corée du Nord ne procède pas au tir de ce qui pourrait être un missile balistique à longue portée.

 

Les ministres ont adopté une déclaration en ce sens lors d’une rencontre lundi à Bruxelles. Selon le texte, le lancement contreviendrait aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies interdisant l’usage de technologie liée aux missiles balistiques.

Selon le communiqué, un lancement par les Nord-coréens risque d’entraîner une réponse claire de la part de la communauté internationale, en lien avec les délibérations du Conseil de sécurité de l’ONU, incluant de possibles mesures restrictives.

Le communiqué ordonne que la Corée du Nord respecte ses engagements internationaux et annule le lancement.

 

« Faites pression pour empêcher le tir nord-coréen » demande le Japon à la Chine

 

Le Japon demande à la Chine de faire en sorte que le régime nord-coréen ne procède pas au lancement d’une fusée.

Le directeur du bureau Asie-Océanie du ministère japonais des Affaires étrangères, Shinsuke Sugiyama, a fait cette demande à Wu Dawei, un haut responsable chinois qui a présidé les pourparlers à six, des discussions maintenant interrompues, sur le programme nucléaire nord-coréen.

MM. Sugiyama et Wu se sont parlés au téléphone lundi, après que le régime nord-coréen a annoncé son intention de prolonger d’une semaine, jusqu’au 29 décembre, la période prévue pour le tir.

M. Sugiyama a insisté sur l’importance d’une solidarité internationale, ajoutant que la communauté internationale doit prendre des mesures crédibles contre la Corée du Nord, si ce pays procède au lancement. Il a ajouté que ce tir serait une atteinte aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

 

Washington demande que Pékin fasse pression pour empêcher le lancement nord-coréen

 

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a demandé au ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi d’inciter la Corée du Nord à annuler le lancement de ce qui semble être un missile.

La porte-parole du secrétariat d’Etat Victoria Nuland a indiqué à la presse lundi que Mme Clinton et M. Yang se sont parlés au téléphone vendredi.

Selon Mme Nuland, Hillary Clinton a demandé à son interlocuteur chinois de faire pression sur les dirigeants nord-coréens pour qu’ils développent leurs pays et nourrissent la population plutôt que de concevoir des missiles balistiques.

Selon Mme Nuland, Washington ne voit pas de changement significatif au projet nord-coréen, même si le régime de Pyongyang a annoncé qu’il prolongerait la fenêtre pour le lancement d’une semaine, jusqu’au 29 décembre.

La porte-parole du secrétariat d’Etat estime que la Corée du Nord a toujours l’intention de lancer quelque chose qui constituerait une violation de ses obligations internationales.

Le secrétaire d’Etat adjoint William Burns doit rencontrer Wang Jiarui, un haut responsable du parti communiste chinois, ce mardi à Washington. On s’attend à ce qu’il demande que le gouvernement chinois exerce plus de pression pour empêcher ce lancement. M. Wang s’est rendu en Corée du Nord à la fin du mois dernier.

 

Discussions

Laisser un commentaire