N’en déplaise aux chauvins, le plus grand connaisseur de vin au monde n’est pas français. Un Suisse a été élu meilleur sommelier du monde, vendredi 29 mars, à Tokyo, à l’issue d’une compétition de trois jours qui a opposé des experts de 54 pays.

 

Paolo Basso a explosé de joie après avoir été désigné par un jury de professionnels, à l’issue d’une finale sous tension disputée devant des milliers de passionnés dans la capitale japonaise.

Le sommelier de 47 ans s’est montré plus convaincant dans sa connaissance des vins, leur service et leur présentation dans une langue étrangère, que les deux autres derniers concurrents, le Belge Aristide Spies et la Canadienne Véronique Rivest.

Là encore, aucun Français parmi les trois finalistes. Paolo Basso, qui travaille au restaurant Conca Balla de Vacallo, situé côté suisse de la frontière helvético-italienne, avait déjà été sacré meilleur sommelier d’Europe en 2010 et il était arrivé deuxième de la dernière édition du concours mondial, remporté par le Britannique, Français d’origine, Gérard Basset.

« Un bon sommelier doit avoir une bonne connaissance du vin, être agréable et vous faire apprécier vos plats », avait expliqué le président du jury, le Français Serge Dubs, en présentant le concours mardi.

D’après cet ancien vainqueur du titre en 1989, « le sommelier ne doit surtout pas se prendre pour une star et offrir un service parfait, précis et amical, afin de faire plaisir aux clients ».

Discussions

Laisser un commentaire