Vous avez peut-être déjà vu une statuette de chat porte-bonheur à l’entrée de restaurants ou de magasins, mais saviez-vous que ce chat a son propre temple à Tokyo ?

 

En japonais, ce chat est appelé « maneki neko » (招き猫) ou «chat qui invite ». D’origine japonaise, certains Occidentaux pensent que ce chat agite son bras pour dire au revoir mais en fait, il fait le geste japonais pour «viens ici» et fait signe aux clients d’entrer dans un établissement.

Le temple Gotokuji (豪徳寺) à Tokyo est rempli de statues maneki neko. Comme l’explique l’Office Nationale du Tourisme Japonais, l’origine de ce temple est des plus intéressante :

Au cours de l’époque d’Edo (1603-1867), un seigneur féodal de Hikone rentrait chez lui quand il a vu le chat d’un temple lui faire signe d’entrer. Il s’y reposa alors.

Au moment de repartir, un violent orage éclata. Reconnaissant de ne pas avoir été trempé, le seigneur décida de rénover ce temple délabré.

Quand le chat mourut, le temple Shobyodo, dédié à l’animal, fut construit sur le terrain. Le chat devint alors le dieu Shobyo Kannon.

L’Office Nationale du Tourisme Japonais ajoute que les visiteurs ont commencé à offrir des statues Maneki Neko comme geste de gratitude après que leurs souhaits soient devenus réalité.

 

maneki-neko-temple-tokyo

maneki-neko-temple-tokyo

maneki-neko-temple-tokyo

maneki-neko-temple-tokyo

maneki-neko-temple-tokyo

maneki-neko-temple-tokyo

Article initialement publié le 15/07/2014

Discussions

Laisser un commentaire