Il a toujours fait les choses comme il l’entendait, mais le lutteur devenu député de la Chambre Haute du Parlement Antonio Inoki a sans doute oublié qu’il doit à présent suivre les règles du Parlement.

 

Ignorant leur désapprobation à sa demande de voyage, Inoki ést parti en Corée du Nord pour assister à un événement sportif à Pyongyang.

« Je prends l’entière responsabilité de ce voyage, et, autant que possible, je ferai en sorte que ça ne cause aucun problème au public », a déclaré Inoki aux journalistes à l’aéroport Haneda de Tokyo avant de s’envoler pour son 27ème voyage en Corée du Nord.

Il ne semble pas être dérangé par le fait que le comité de la Chambre haute du Parlement ait désapprouvé sa demande d’autorisation à se rendre en Corée du Nord, demande qui est obligatoire pour tous les législateurs s’ils veulent partir à l’étranger alors que des sessions législatives sont en cours.

Le comité a déclaré qu’il n’avait pas fourni suffisamment de détails sur son voyage et que c’est pour cette raison qu’il a refusé qu’il parte.

« Ma demande a été rejetée simplement parce que je l’ai mal complétée, donc le voyage en lui-même n’est pas un problème », a-t-il dit.

En dehors de l’événement sportif auquel il voulait assister, Inoki, le premier lutteur japonais à être intronisé au World Wrestling Entertainment’s Hall of Fame, pourrait également rencontrer des responsables de haut rang proches du chef de file de la Corée du Nord, Kim Jong-Un.

Les relations entre le Japon et son voisin « ermite » sont encore précaires en raison du refus continu de ce dernier d’arrêter son programme nucléaire et de missiles.

Plus tôt cette année, la Corée du Nord a envoyé des menaces nucléaires continues aux États-Unis et leurs alliés, notamment la Corée du Sud et le Japon. Tokyo et Pyongyang n’ont pas non plus de relations diplomatiques en raison des problèmes non résolus concernant l’enlèvement de ressortissants japonais dans les années 70 et 80.

Inoki est d’avis que, dans le but d’améliorer les relations entre les deux pays, le Japon doit minimiser l’incident. Il a également refusé de se joindre à un groupe bipartisan dont le but est de résoudre ce problème.

Les députés du parti Restauration du Japon (Nippon Ishin no Kai) ont décidés mardi de suspendre Antonio Inoki de son poste de secrétaire général adjoint du parti pendant 50 jours.

Une demande de motion afin de punir Inoki a été faite par le Parti Libéral Démocrate.

Ce serait la première fois que la Chambre haute vote une motion de punition depuis 1952. Si la motion est adoptée, le Comité de discipline décidera d’une sanction spécifique.

 

Source: Nipponconnection.fr

Discussions

2 Réponses

Laisser un commentaire