Concentration, humilité, pugnacité, solidarité seraient les vertus développées par la pratique du Kyudo. Cet art millénaire du tir à l’arc japonais développent des valeurs très prisées par les grandes écoles et entreprises japonaises.

 

Cibler sa clientèle, trouver une cible ou tout simplement atteindre sa cible, cette métaphore est une des plus utilisées par les spécialistes du management. Selon les pratiquants de ce tir à l’arc version «zen attitude», cet art japonais développerait des qualités très prisées dans le monde professionnel.

C’est d’ailleurs dans cette optique que sur l’initiative du CROUS , l’Académie de Paris propose des initiations par groupe de vingt étudiants jusqu’à la fin du mois de mai prochain.

Ces sessions d’apprentissage sont animées par des maîtres en la matière, seule condition pour y avoir accès, être étudiant, professeur ou membre de l’administration universitaire.

À ce jour, plus de 250 étudiants ont participé à ces séances d’initiation pour s’immerger dans la «voie de l’arc». Une chance et un avantage pour les personnes souhaitant s’orienter vers le Japon pour leurs futures carrières professionnelles.

Ces sessions pour les débutants curieux se font l’écho d’un évènement beaucoup plus retentissant. Pour la première fois, la Coupe du Monde de Kyudo aura lieu en France, le 19 et 20 juillet prochain, les plus grands maîtres du Japon et d’Occident entreront en compétition au Centre Universitaire de Paris.

 

Le tir à l’arc et les ressources humaines, des domaines compatibles

 

Le Kyudo est un art millénaire qui trouve ses origines dans les techniques guerrières des Samouraïs, développé par la suite comme un art de vivre zen. Cet art du tir à l’arc japonais favorise l’esprit de compétition, la logique des «vainqueurs» mais pas forcément celle des «perdants».

« On pourrait définir le Kyudo comme un état de grâce que l’on cherche à atteindre à travers un geste. »
Marc Bertin, champion du monde en titre de la discipline

Depuis environ trois années, le Kyudo a été reconnu d’utilité publique au Japon, plus de 130 000 personnes pratiquent cet art.

Les arts martiaux font partie intégrante du cursus scolaire japonais, tous les lycées et universités japonaises possèdent leur club de Kyudo.

Cet art martial prône la notion de solidarité et de bien être d’autrui et favoriserait la bienveillance ce qui génèrerait la performance.

De nombreux bénéfices semblent se dessiner au sujet de la pratique du Kyudo et pourrait bien séduire un public de plus en plus large.

En effet, toutes les qualités développées par cette pratique sont des éléments essentiels pour réussir dans le monde impitoyable du travail.

Les Samouraïs du monde professionnel français pourrait donc bientôt enfiler la tenue du parfait Kyudojin.

 

Source: Figaro

Discussions

Laisser un commentaire