À seulement 19 ans, le Japonais Yuzuru Hanyu a réussi un doublé exceptionnel en s’offrant l’or mondial un mois après avoir été sacré champion olympique de patinage artistique aux Jeux de Sotchi, vendredi à Saitama.

 

Hanyu a ainsi succédé à l’Ontarien Patrick Chan, triple champion du monde. Après les Olympiques, Chan, médaillée d’argent à Sotchi, avait choisi de ne pas participer aux Mondiaux.

Très rares sont les champions olympiques qui s’engagent aux Championnats du monde, organisés un mois après leur victoire aux JO. Pourtant Hanyu l’a fait.

Même s’il n’a sans doute guère eu le choix alors que ces Mondiaux ont lieu chez lui, l’enfant du pays a relevé le défi pour devenir le premier patineur depuis 12 ans à s’imposer consécutivement sur les deux grands rendez-vous après le maître russe, Alexei Yagudin (en 2002).

Hanyu a souffert de la forte pression qui pesait sur ses épaules mais après avoir failli lors du programme court la veille, ne se classant que 3e (91,24 pts), il a brillé avec son programme libre, monté sur Roméo et Juliette de Nino Rota, pour réaliser le meilleur score de la compétition (191,35) et s’imposer avec un total de 282,59 points.

Il s’est laissé tomber à la fin de son programme, posant son front sur la glace alors que la Super Arena de Saitama, qui avait fait salle comble avec près de 18 000 personnes, vibrait au son des applaudissements d’un public debout.

Son compatriote Tatsuki Machida, en tête après le programme court, s’est contenté de l’argent pour seulement 0,33 point (282,26) mais s’est satisfait de sa première grande médaille à 24 ans. Double champion d’Europe en titre, l’espagnol Javier Fernandez, qui s’entraîne avec Hanyu à Toronto (Canada), a pris une fois encore le bronze (275,93).

C’est d’ailleurs parce que l’Espagnol et le japonais ont le même entraîneur, l’ancien champion canadien Brian Orser, que Hanyu s’est retrouvé seul dans le Kiss and Cry, cet espace où les patineurs attendent les résultats en compagnie de leur entraîneur. Fernandez est passé sur la glace juste après Hanyu et Orser n’a eu d’autre choix que de préparer son autre élève avant qu’il entre en piste.

Même s’il s’est senti un peu seul, Hanyu a laissé exploser sa joie, frappant l’air avec le poing à l’annonce de ses scores alors qu’il n’avait pas excellemment patiné, avec un quadruple saut difficile d’entrée. Mais quoiqu’il en soit il n’est pas tombé alors que son sacre aux JO avait été marqué par deux chutes…

«J’étais si heureux. J’ai aimé cette compétition même si mes sauts n’ont pas été parfaits. Je me devais de gagner», a dit Hanyu.

Source: QMI

Discussions

Laisser un commentaire