Le Japon veut créer d’ici à deux ans le premier marché à terme du monde pour le gaz naturel liquéfié (GNL), afin de stabiliser les prix d’une énergie très demandée, a annoncé mardi un responsable du ministère de l’Industrie (Meti).

 

Le Japon et la Corée du Sud sont les deux premiers importateurs mondiaux de GNL. Les pays d’Asie orientale, qui totalisent 60% de la demande mondiale, en jugent le prix trop élevé et inégal d’une place à l’autre, a déclaré ce responsable nippon à l’AFP.

En Asie, les tarifs du GNL sont en effet indexés sur ceux du pétrole alors qu’en Amérique du Nord, ils sont fixés par le jeu de l’offre et de la demande et souvent nettement moins chers.

Nous voulons créer un nouveau système qui serve d’indicateur pour refléter le rapport entre l’offre et la demande de GNL, et contribuer ainsi à stabiliser son prix en Asie, a précisé le responsable du Meti.

Le Japon veut lancer ce nouveau marché sur le Tokyo Commodity Exchange, une plate-forme où s’échangent déjà des matières premières et sources d’énergie. Les autorités nippones espèrent que des acheteurs sud-coréens et taïwanais de gaz viendront s’y approvisionner.

Le ministère de l’Industrie compte en outre prendre langue avec les producteurs américains de gaz de schiste, afin qu’ils y proposent leur gaz attendu moins cher que celui vendu actuellement sur le marché.

La balance commerciale japonaise est dernièrement déficitaire à cause de l’accident nucléaire de Fukushima de mars 2011, qui a entraîné l’arrêt par précaution des autres réacteurs du pays. A l’heure actuelle, seules 2 tranches sur les 50 de l’archipel sont en fonctionnement, les autres attendant le feu vert des autorités de régulation pour éventuellement redémarrer.

Afin de compenser, les compagnies d’électricité nippones sont obligées d’importer nettement plus d’hydrocarbures, particulièrement du GNL. La facture énergétique du Japon a encore augmenté ces tout derniers mois, à cause d’une dépréciation du yen qui élève mécaniquement le coût de ces achats souvent libellés en dollars.

Discussions

Laisser un commentaire