Le Japon reste déterminé à participer à un sommet bilatéral avec la Corée du Sud, ou à des discussions à trois avec les Etats-Unis.

 

Selon des sources nippones, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a apprécié les remarques formulées par le premier ministre Shinzo Abe sur le communiqué évoquant les femmes dites de réconfort.

Vendredi, M. Abe a déclaré au Parlement que son administration s’en tiendrait à cette déclaration signée en 1993 par le porte-parole du gouvernement de l’époque Yohei Kono. Ce texte reconnaît que de nombreuses Coréennes ont été recrutées pour travailler dans les bordels de l’armée japonaise pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le document formule des excuses pour cela.

Mme Park a qualifié les propos de Shinzo Abe de « bienvenus ». Elle espère qu’ils seront un premier baume sur les blessures des victimes et le point de départ d’un renforcement des liens entre les deux pays.

Les deux dirigeants ne se sont jamais rencontrés au sommet depuis l’entrée en fonction de Mme Park en février 2013.

Washington espère organiser une rencontre trilatérale avec les dirigeants nippon et sud-coréen en marge du sommet sur la sécurité nucléaire organisé fin mars à La Haye aux Pays-Bas.

 

Source: NHK

Discussions

Laisser un commentaire