Le Japon vient d’effectuer un changement radical dans sa politique sécuritaire d’après-guerre. Le gouvernement vient d’approuver le projet de révision de la Constitution qui sera soumise au Parlement.

 

Il permettra aux forces japonaises de défense de se battre à l’étranger, une interdiction datant de 1945 – une victoire pour le Premier ministre Shinzo Abe.

Il s’agit du plus gros changement de politique de défense depuis que le Japon ait mis en place ses forces armées après la guerre, il y a 60 ans.

L’armée japonaise pourra intervenir en cas d’attaque d’un pays allié, tel que les Etats-Unis, ou dans le cadre de l’autodéfense si le Japon est directement menacé.

Le ministre de la Défense Itsunori Onodera, a indiqué aux journalistes que le Conseil des ministres avait adopté ce texte qui permettra de faciliter l’intervention des troupes japonaises lors des opérations de maintien de la paix de l’ONU et une aide précieuse lors d’intervention dans des «zones grises».

Une décision qui risque fortement d’agacer ses voisins asiatiques.

 

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire