Le Japon proposera une contribution financière de 16 milliards de dollars lors de la prochaine conférence onusienne sur le réchauffement climatique.

 

Les participants se retrouveront lundi à Varsovie, en Pologne.

Le gouvernement nippon s’engage à débloquer ces fonds sur une période de 3 ans, jusqu’en 2015, en faveur des îles du Pacifique et de tous les pays asiatiques et africains menacés par l’élévation du niveau de la mer.

Le Japon financera par ailleurs les mesures envisagées face à la multiplication des tempêtes. Il contribuera également à la construction de centrales thermiques plus respectueuses de l’environnement.

Les pays en développement profiteront de la conférence pour réclamer une aide de 35 milliards de dollars, couverte à près de 40 pour cent par l’offre japonaise.

Les participants nippons annonceront le lancement, en 2017, d’un satellite dernier cri pour le contrôle des émissions de gaz à effet de serre dans les pays émergents.

Ils évoqueront enfin la production de fibres synthétiques à partir de l’eau et du dioxyde de carbone, une technologie qui devrait être adoptée d’ici 2040.

Selon un correspondant de la NHK, le Japon prévoyant de réviser à la baisse ses objectifs de réduction des émissions polluantes, il s’efforce d’atténuer, par ces mesures, les critiques de la communauté internationale.

Suite à l’accident nucléaire de Fukushima, l’Archipel se trouve en effet contraint d’exploiter des ressources qui émettent de plus grandes quantités de CO2.

 

Source: Nipponconnection.fr / NHK

Discussions

Laisser un commentaire