Le ministère de la défense (MoD) japonais a annoncé qu’il envisageait l’utilisation de ses radars de défense anti-missile FPS5 pour renforcer la surveillance des débris spatiaux en orbite autour de la Terre, afin de protéger ses infrastructures spatiales.

 

Du fait de l’augmentation de l’activité spatiale ces dernières années le nombre des débris spatiaux a fortement augmenté.

De par leur très grande vitesse, même des débris de petite taille peuvent occasionner des dégâts considérables s’ils entrent en collision avec un satellite.

La surveillance de ces débris est donc un défi important du domaine spatial et un indicateur fort de la coopération Japon / Etats-Unis en matière de défense.

Quatre radars de type FPS5 gérés par les forces d’auto défense japonaises sont actuellement installés au Japon.

Leur utilité première était jusqu’à présent la surveillance de l’espace aérien japonais et la détection de missiles longue portée.

Le ministère de la défense prévoit dorénavant d’utiliser ces radars pour la recherche et l’enregistrement des débris spatiaux sur une base de données.

Pour cela il envisage de tester leur précision en comparant leurs résultats de mesure avec ceux des installations civiles de la préfecture d’Okayama, géré par la fondation Japan Space Forum (installations déjà utilisées pour la recherche et la surveillance des débris spatiaux).

Par ailleurs, un logiciel dédié dont le développement débutera en 2014 sera implémenté sur le système actuel. Ces radars devront alors assumer en parallèle leur mission de défense et de surveillance des débris spatiaux.

Discussions

Laisser un commentaire