Le Japon envisage de définir un nouvel objectif de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, car il a dû abandonner ses promesses internationales à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

 

Il y a quatre ans, le Japon avait promis de réduire ses émissions de 25 pour cent d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990. Mais l’accident nucléaire de Fukushima et l’arrêt subséquent de la plupart des centrales atomiques l’ont contraint de renoncer à cet engagement.

Le nouveau gouvernement japonais prévoit de réviser les objectifs de réduction de la nation. Mais Nobuteru Ishihara, le ministre de l’Environnement, a indiqué que le gouvernement devrait définir un objectif « réaliste » et un calendrier pour y parvenir.

Les divers pays sont tenus de rendre compte aux Nations unies de leurs progrès dans les efforts de réduction d’ici la fin de cette année. Les pays européens et les nations en développement demandent que les objectifs de réduction soient relevés.

Mais le Japon devrait faire face à des difficultés dans la fixation d’un nouvel objectif, car on ne sait pas encore combien de centrales nucléaires pourront être remises en service.

M. Ishihara espère définir le nouvel objectif d’ici novembre, date de la tenue de la COP 19, la prochaine conférence de l’ONU sur les changements climatiques.

On se demande à présent si le nouvel objectif du Japon obtiendra la compréhension internationale et quelles mesures le gouvernement mettra en oeuvre pour y parvenir.

Discussions

Laisser un commentaire