La représentante d’un organisme des Nations unies pour les droits des femmes estime que le Japon a besoin d’un meilleur système pour permettre l’égalité entre hommes et femmes dans le domaine des affaires et en politique.

La directrice exécutive de l’organisme « ONU Femmes », Michelle Bachelet, s’est exprimée en ces termes lors d’une entrevue accordée à la NHK mardi.

Selon elle, les femmes de partout dans le monde sont confrontées à ce qu’elle appelle un « plafond de verre », une barrière invisible qui les empêche de progresser dans leurs carrières, puisqu’elles doivent aussi assumer leur rôle de mère et assurer un équilibre avec leur vie professionnelle.

Mme Bachelet a ajouté que l’offre de crèches et garderies par le gouvernement japonais ne suffit pas. Selon elle, le Japon doit en faire davantage pour soutenir les femmes qui travaillent à l’extérieur du foyer. Elle ajoute que les femmes qui se joignent à la main-d’oeuvre active permettent de stimuler l’économie.

Au Japon, 60 pour cent des femmes abandonnent le marché du travail lorsqu’elles ont des enfants.

De plus, le taux de participation des Japonaises au niveau politique est le plus faible des pays industrialisés. Sur 190 pays, le Japon arrive au 109ème rang. Madame Bachelet estime que le gouvernement japonais devrait adopter un système de quota pour réserver un certain nombre de sièges au Parlement à des femmes députées.

Discussions

Laisser un commentaire