Réduction des émissions polluantes : début de la conférence de Varsovie

 

Une conférence onusienne sur les changements climatiques débutera ce lundi. Les participants discuteront d’un nouveau cadre pour réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre après 2020.

Plus de 190 pays doivent participer à la Convention des Nations unies sur les changements climatiques, un événement de onze jours qui se déroulera à Varsovie en Pologne.

Les délégués discuteront des moyens pour définir leurs objectifs de réduction et de l’échéance qu’ils devront respecter.

Ils espèrent conclure une entente sur un nouveau cadre incluant tous les pays lors d’une conférence qui aura lieu en 2015.

L’actuel Protocole de Kyoto, qui prendra fin en 2020, oblige seulement les pays industrialisés à réduire leurs émanations de gaz à effet de serre.

Lors de la prochaine conférence, le Japon devrait expliquer son nouvel objectif qui consiste à réduire de 3,8% ses émissions polluantes d’ici 2020 par rapport au niveau de 2005. C’est une cible beaucoup moins ambitieuse puisqu’auparavant, le Japon voulait réduire ses émissions de 25% par rapport au niveau de 1990.

Le gouvernement japonais a révisé son objectif parce que tous les réacteurs nucléaires du pays ont été mis à l’arrêt après l’accident à la centrale de Fukushima en 2011.

 

Un objectif critiqué

 

Une experte en politiques environnementales et professeure d’études supérieures à l’université de Nagoya estime que le Japon devrait se donner un objectif de réduction des gaz à effet de serre plus ambitieux.

Yukari Takamura s’est exprimée sur le nouvel objectif du gouvernement japonais qui espère réduire d’ici 2020 ses émanations polluantes de 3,8% par rapport au niveau de 2005.

Selon elle, la cible du Japon est inférieure à celles des autres pays industrialisés.

Elle dit que seuls le Japon et le Canada ont des objectifs qui représentent une hausse de pollution par rapport à 1990. Selon elle, le Japon risque ainsi d’être la cible de critiques à l’échelle internationale.

Mme Takamura pense que le gouvernement nippon pourrait présenter un objectif plus élevé puisque les citoyens sont plus conscients qu’auparavant du besoin d’économiser l’énergie.

Elle ajoute que de nouvelles formes d’énergies renouvelables ont été introduites depuis l’accident nucléaire de Fukushima.

 

Source: Nipponconnection.fr / NHK

Discussions

Laisser un commentaire