Le gouvernement japonais a approuvé mardi les nouveaux principes et lignes directrices sur les exportations d’armes, marquant un changement majeur de la position de défense du pays « renonçant à la guerre » pour la première fois en près d’un demi-siècle.

 

Selon les trois principes récemment adoptés sur le transfert de matériel de défense, le Japon interdira l’exportation d’armes vers des pays impliqués dans des conflits et les principes pourrait également s’appliquer lorsque ces exportations violent les résolutions de l’ONU.

Avec des sélections strictes, le Japon ne permettra les exportations d’armes que si elles ont pour but de contribuer à la coopération internationale et à ses intérêts de sécurité, selon les nouvelles règles.

Les « trois principes » originels du Japon sur les exportations d’armes ont été adoptés en 1967 et transformés en une interdiction générale des exportations d’armes en 1976, et ont été considérés comme un symbole de la position pacifiste du pays.

Selon les principes de 1967, le Japon interdit le transfert d’armes aux pays communistes, des pays soumis à des embargos sous les résolutions de l’ONU, et ceux impliqués dans les conflits internationaux.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe est cependant impatient de revoir la politique de défense et de sécurité du pays et les nouvelles lignes directrices constituent l’un de ses principaux objectifs politiques.

Le chef conservateur devrait décider de réinterpréter ou non la Constitution de renoncement à la guerre du pays, pour permettre au Japon d’exercer le droit d’autodéfense collective.

Le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera a déclaré, après une réunion du Cabinet au cours de laquelle les nouvelles règles ont été approuvées mardi, que le Japon va faciliter activement la coopération sur les équipements et technologies de défense avec d’autres pays, en particulier avec les Etats-Unis.

Selon les analystes, la mesure de M. Abe sur les nouvelles règles d’exportation d’armes et la tentative d’exercer le droit d’autodéfense changeront la route pacifiste d’après-guerre du pays, basée sur la Constitution de renoncement à la guerre.

Comme les relations entre le Japon et ses voisins se sont détériorées en raison de différends territoriaux, les analystes ont ajouté que le Japon cherche davantage d’influence militaire sur lesdites questions pour montrer sa position ferme, ce qui déclenche la vigilance de ses voisins sur les mouvements du Japon.

 

Source: Xinhua

Discussions

Laisser un commentaire