Le gouvernement japonais intensifie ses mesures contre les sites de téléchargement d’anime.

 

Nombre d’entre vous ont surement déjà du télécharger un anime ou un film sur l’un des nombreux sites illégaux disponibles sur Internet.

Cependant, ceux-ci vont bientôt faire face au ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie qui a décidé d’intensifier les mesures contre le téléchargement illégal en employant des pirates.

En effet, qui de mieux qu’une personne ayant l’habitude de télécharger des fichiers illégalement pour dénicher les sites frauduleux ?

Jusqu’à présent, le gouvernement recherchait le partage de fichier illégaux à l’aide de moyens automatisés mais ces méthodes se sont révélées inefficaces.

Avec de légères modifications apportées aux vidéos originales, les versions piratées peuvent ainsi passer à travers les filtres administrés par le ministère.

Dès la semaine prochaine, le ministère emploiera un spécialiste pour rechercher personnellement les sites de streaming et de téléchargement sans licence partout dans le monde. Celui-ci devra déterminer si oui ou non leur présence constitue un préjudice économique aux détenteurs de droits.

Dans le cas où les vidéos pirates sont jugées nuisibles, le ministère va explorer les différentes actions possibles en justice.

Alors que cette nouvelle mesure concernera aussi bien les films que les anime, à la vue de l’exposition internationale beaucoup plus importante de ces derniers, il est probable que le plus gros du travail de ce chasseur de sites illégaux sera de protéger les intérêts économiques des studios d’animation et des éditeurs.

L’Agence des Affaires Culturelles estime que ces violations ont couté, seulement pour les sites pirates chinois, au moins 560 milliards de yens (4,09 milliards d’euros).

La loi japonaise sur la distribution non autorisée de vidéos protégées par des droits d’auteur est très stricte. Cet acte peut entraîner une peine de 10 ans de prison et une amende pouvant atteindre 10 millions de yens (84 198 €).

telechargement-anime-loi-japon-gouvernement
Source : Rocketnews24

Discussions

93 Réponses

  1. Elise Anko Chatot

    ouais, mais ils perdent énooooormement de publique s’ils font ça aussi. C’est quitte ou double :/
    Moi je veux paaaaaaaaaaaas T^T ou alors qu’ils incluent des chaines de manga jap en vostfr à la télé (TNT et pas que le cable ou faut payer des 100 ) ><

    • Elise Anko Chatot

      je sais. Je dis pas le contraire, vous avez pas besoin de tous me faire la moral, je suis au Courant merci bien !
      Malheureusement, l’animation s’adresse a un public plutot jeune, qui na pas toujours forcément les moyens ou le droits de payer pour regarder (surtout sur internet). Et ça participe quand même à l’extension et la « culture » japonaise quoi qu’on en dise, donc oui c’est normal qu’ils fassent ça, mais ils ne vont surement pas que QUE gagné, c’est tout.
      Rien n’est gratuit, tous le monde le sait.

    • Gabriel Wenli

      Sébastien a raison les studios se font surtout leur revenu sur la vente de coffrets DVD/Blu Ray japonais.
      Et c’est aussi pour ça qu’Elise a tort de dire que les studios perdent leur public en fermant des sites de téléchargement illégaux. Deja parce que leur public est avant tout le public japonais, mais aussi parce que fermer un site de streaming/telechargement illégal ne fait pas baisser les ventes de coffrets.
      D’ailleurs ils ont bien raison de faire ça, tout travail mérite rémunération, ils ont un staff a payer après tout.

    • Frédéric Seraphine

      Sébastien Lemoine Le problème c’est que les chaînes de télé Japonaises rechignent de plus en plus a diffuser des programmes « à risque ». C’est à dire, tout ce qui pourrais avoir un contenu avec la moindre profondeur. Car c’est prendre le risque de perdre des sponsors. En fait depuis la fin des années 90 il y a un comité de régulation qui est contrôlé par les publicitaires au Japon.
      Cet état de fait à relégué depuis un bon moment les Anime à des horaires pas possible « 2 h du mat ».
      Du coup le contenu des anime se met de plus en plus à tourner en rond, et les studio d’animations ont des sponsors qui mettent de moins en moins d’argent. « Personne ne veut sponsoriser un programme qui passe à 2 h du mat »

      Les chaines de télévision Japonaises misent tout sur les contenus avec des Idols, car ça leur permet d’attirer un certain public sans jamais prendre le risque de choquer personne.

      Heureusement, j’espère qu’à terme, l’arrivée de Netflix au Japon permettra de remonter la pente.
      Et j’espère qu’à terme les studios d’anim Japonais pourrons dire m*** aux chaînes de télévision.

    • Sébastien Lemoine

       » En fait depuis la fin des années 90 il y a un comité de régulation qui est contrôlé par les publicitaires au Japon. »
      => Problème de la mondialisation où sous couvert de liberté de marché (politique néolibérale), la culture mondiale doit se réduire au us et coutume des USA et de l’Arabie Saoudite. Mais, le tout privé et payant soit le sectarisme n’est pas n’ont plus une solution.

  2. Tom My

    Ben.. je suis partie d accord, sachant que l industrie de l animation japonaise va mal en partie à cause de tous les telechargements ect, perso j’ai pas envie que cette industrie continue à nous pondre des choses précaires (^^) comme certains épisodes de dbs si je ne devais citer qu’un exemple..

  3. Jonathan Plante

    il risque de perdre énormément de personne fan de japanimation a cause de perdre plusieurs série tout ceux de adn qui bloque ceux a l’extérieur de la France si il veule faire sa il devrait faire en sorte que les licencieur se mette en groupe par exemple adn (qui devrait changer sa politique) et wakanime et aussi pour la vente de dvd et blu-ray il pourrai faire des pack toute la série d’un manga si elle et pas trop longue+ le coffret ou 3 tome + la série.

  4. Sébastien Lemoine

    Ce n’est pas parce que tu vas faire la chasse aux spectateurs illégaux que ceux-ci vont aller spontanément sur les sites légaux soit payant. Ils ne regarderont plus tout simplement et l’oeuvre pourrira dans l’antichambre du privé de la propriété culturelle au détriment de l’auteur. La recherche du profit à ses limites.

    • Sébastien Lemoine

      Oui, puisqu’il perpétue une oeuvre qui ne fait plus gagner d’argent à un éditeur ou un producteur.

      Ces derniers laissent le plus souvent tomber l’auteur et l’oeuvre lorsqu’ils ne font plus de beurre avec.
      Les spéculateurs en profitent pour vendre à prix exorbitant les oeuvres devenues rares.
      Ca devient inabordable.

      Les fans permettent la conservation de l’auteur et sa reconnaissance et donc sa perpétuation. En définitif, c’est plus profitable pour l’auteur et ces oeuvres futurs que l’enfermement dans un système du tout privé.

      L’alternative égalitaire à la destruction du service public dont culturel ouvert à tous et sans contrainte est le piratage.

  5. Ritsu Ikeda

    Déjà une fois un manga licencié en France, nous n’avons plus du tout accès au scans pour acheter et supporter l’auteur… Je comprend tout à fait. Malheureusement il faudrait peut-être, (au lieu de faire 36chaines TNT pour le foot et autre conneries qu’on nous passe en boucle sur des chaines normal), songer à faire AU MOINS une chaîne qui passent les anim en VOSTFR. Parce-que là, ils vont perdre une masse d’audition juste énorme vis à vis des oeuvres.

  6. Mikael Propane Bridel

    Que se soit les associations de producteurs aux US, les majors ou le gouvernement japonais, le problème du télechargement illegal ne se resoudra pas juste en faisant appel a des pirates.

    J’attend de voir ce que le gouvernement japonais pourrait faire contre le reseau TOR, les torrents ou les sites hebergé en russie par exemple …

  7. Simon Issun Foex

    C’est une bonne mesure, seulement pour beaucoup de séries, le seul moyen de les voir c’est encore le fansub, et le fansub se base sur des raw généralement piratées pour travailler, donc ça prive tous les non-japonais l’accés à certaines séries

  8. Alexandre Dewitte

    C’est peut-être pas une solution pour nous autres, en France mais n’oublions pas que l’industrie de l’animation est en faillite à cause du streaming et du téléchargement illégal. Créer un animé est loin d’être simple. Ça se compte en millions de ¥ … Quitte à avoir de meilleurs animés au niveau de la qualité, je préfère investir 7/8€ par mois que de ne rien avoir >.>

  9. Alexa Els Athanaïse

    Franchement, vu la notoriété du manga dans le monde et le temps que peut prendre une team à fansubber un épisode, ils feraient mieux de :
    – diffuser les épisodes en streaming légal avec sous-titrage, comme cela s’est fait pour Sailor Moon Crystal. (Cela peut prendre la forme d’un abonnement type netfix pour revoir les épisodes mis dans un premier temps en streaming gratuit).
    – mettre les sous titres (ça prend que dalle en place) dans les épisodes sortis en BR, dézonnés et accepter l’idée qu’on pourrait vendre ces BR partout dans le monde.
    Sérieux, quand on voit certaines éditions Jap que nos éditeurs à nous n’arrivent pas à la cheville (Sailor Moon Crystal encore une fois), ils ont vraiment tout à gagner là. Faut juste qu’ils n’oublient pas que le monde ne se résume pas au Japon, en France, on est quand même les seconds consommateurs de mangas dans le monde :).
    Le fansub n’est pas une si mauvaise chose, bien utilisé, il permet de rendre accessible bien des mangas (une pensée pour Mai Otome et Air TV, que j’aime et qui n’ont jamais été licencié en France). Il peut aussi servir aux maison d’éditions Française à savoir ce qui marche bien en vue d’un doublage FR et d’une diffusion TV.

  10. Kaïï Feô

    Tant que cela sera des humains qui seront à la tête des opérations « anti-ce que tu veux » il y aura des personnes qui réussiront à mettre fin par exemple au piratage, si cela va dans un sens cela va aussi dans l’autre, en d’autre terme, tant qu’ils y aura des « anti- ce que tu veux » il y aura un moyen d’y remédié. Vis versa.

  11. Sebastien Vaillancourt

    Même si ont mets tous les diffuseurs vostfr ensemble : Wakanim, ADN (qui bloque le Canada et dissent ne pas étendre leurs diffusions ici car on n’en vaut pas la peine…) et Crunchyroll, il reste beaucoup d’anime qui ne seront pas licencier par eux.
    Il n’ai pas rare que j’écoute une 20e d’anime par saisons et bien souvent, il y a qu’environ 1/4 à 1/3 de ma liste qui seront licencier. En plus, on doit se débrouiller autrement pour tenter de regarder ceux licencier par ADN car pour nous, cette solution « légal » n’existe malheureusement pas…

  12. Seb Varso

    Ok seulement si les prix s’accordent car quand je vois le prix du ddl d’un Ep en cumuler ça revient aussi cher qu’un coffret avec bonus goodies etc. Je n’aime pas le stream je préfère ddl du coup je suis niquer. Par contre si les prix deviennent intéressant je serais le premier à enchainer.

  13. Aby Tlejuice

    C’est bien mignon tout ça, mais si faut regarder via des sites de streaming légaux, (type Wakanim) où est le réel choix ? Y a beaucoup d’animes qui sortent par an. Tous ces sites ne peuvent pas les proposer et font un « tri ». Et c’est souvent les plus populaires qui s’y retrouvent. Ce qui n’est pas juste pour d’autres animes qui peuvent être très bien. La plupart des animes que j’ai regardé (et que je regarde encore) ne sont pas proposés sur ces sites. S’il arrivent à mettre tout ça en place (ce que je respecte. Parce que pour avoir de la qualité, faut des sous), je vais me sentir un peu couillonnée :/ Et les goût des autres ne sont pas forcément les miens.

    • Gael Periac

      Les plus populaires qui s’y retrouvent ? Je ne crois pas, c’est pas parce que 2/3 animes passent à la trappe qu’il faut crier au scandale.
      Surtout que les animes qui génèrent le plus de vues sur ces sites illégaux sont clairement des animes licenciés…
      Quand on regarde les choses, on peut observer que depuis un an plus de 80% des animes produit sont licenciés en France.
      Il y a en moyenne 20/25animes dispo sur crunchyroll une dizaine sur adn et entre 5 et 10 sur wakanim, or ca dépasse rarement les 50 séries différentes au japon par saison.

Laisser un commentaire