L’administration Abe a pour objectif d’augmenter la taux de fécondité, qui était de 1,43 en 2013, à 1,8 afin que la population japonaise compte environ 100 million de personnes pour 2060, selon une source.

 

Ce taux-cible est inclus dans un projet provisoire qui illustre la vision a long terme de l’administration Abe sur les mesures à prendre pour faire face au déclin démographique japonais. Le taux de fécondité correspond au nombre moyen d’enfant qu’une femme est susceptible d’avoir au court de sa vie.

Le projet a été présenté jeudi (6 novembre) lors d’une réunion du conseil du gouvernement sur les mesures pour la revitalisation des régions.

Celui-ci indique que le déclin de la population pourrait entraîner une contraction de l’économie, incluant une baisse du revenu national.

D’ici 2050, la population japonaise aura chuté de moitié au moins dans plus de 60% de régions habités du Japon. De plus, environ 20% des endroits actuellement habités ne seront plus du tout peuplés d’ici cette même année, selon l’article.

Afin d’atteindre le taux de fécondité, l’administration Abe va essayer d’encourager les jeunes couples à avoir au moins deux enfants et va promouvoir la relocalisation des personnes de Tokyo vers d’autres endroits du pays, nous dit l’article.

Le taux de fécondité de 1,8 est « le taux que le Japon doit avoir comme objectif dès maintenant » selon le projet.

Un institut de recherche privé dirigé par l’ancien ministre des affaires intérieures, Hiroya Masuda, affirme que le taux de fécondité du Japon va se rétablir jusqu’à atteindre 1,8 dans 10 ans si les japonais ont a possibilité de se marier et d’avoir autant d’enfants qu’ils veulent.

 

Source: The Japan Times || Image: Shutterstock.com

Discussions

Laisser un commentaire