Respirez un bon coup, il est 8h, les japonais vont aux bureaux, c’est l’heure de pointe dans les trains !

 

Même si l’on pourrait faire l’apologie des transports en commun au Japon pendant des heures, aujourd’hui nous allons plonger du coté obscure et parler des transports bondés aux heures de pointe !

A première vue, vous me direz que ce n’est rien d’exceptionnel, dans les grandes villes d’ici ou d’ailleurs, les heures de pointes ce n’est jamais une partie de plaisir. Les gens se poussent, se serrent, se lancent des regards assassins (en France tout du moins). C’est la joyeuse routine du citadin.

Cependant au Japon cette routine se transforme vite en frénétique parade laissant des souvenirs parfois traumatiques aux visiteurs !

À tous les agoraphobes et claustrophobes rêvant de partir au pays du soleil levant, je dis: « évitez les heures de pointe ! » C’est à dire entre 7h30 et 9h30 le matin puis entre 17h00 et 19h00 en soirée. Sur certaines lignes le plus spectaculaire est incontestablement le dernier train (Shuden).

Les japonais, qui pour la plupart ne vivent pas en centre-ville, sortent souvent après le travail pour boire un verre entre collègues/amis, ou parfois ils quittent le bureau pour le dernier train.

C’est donc LE train que les âmes sensibles doivent évitez et que les curieux à tendance masochiste doivent tester pour se rendre compte de ce qu’est un train bondé au Japon!

Sans aller jusqu’à vivre cette expérience étouffante, jetons un œil aux différents niveaux d’exiguïté que l’on peut connaître durant les heures de pointe :

trains-bondés-japon

NIVEAU 1 – 100 % 

Toutes les places assises sont prises mais vous pouvez vous poser tranquillement près de la porte en respectant l’espace vital de chacun.

NIVEAU 2 – 150 %

Le wagon se rempli un peu plus, vous êtes debout mais pouvez sans problème ouvrir le journal, sans trop l’étaler tout de même, et le lire sans gêner vos voisins.

NIVEAU 3 – 180 %

Votre espace vital a grandement diminué et ne vous permet pas d’ouvrir votre journal. Souvent à ce niveau-là entrez dans le wagon est peu agréable et requiert un bon sens de l’équilibre !

NIVEAU 4  – 200 %

Vous atteignez le palier classique que l’on connaît dans nos transports en France. Vous pouvez lire le roman ou les mails de vos voisins (disons le franchement). Vous êtes en contact quasi constant avec vos « copains de trajet».

NIVEAU 5 – 250 %

Vous êtes happé dans une partie de Lego humaine sans espoir de trouver ne serait ce qu’un petit espace libre ! Pour vous dire, à ce niveau là, il n’est plus nécessaire de vous tenir à quoi que soit et votre sens de l’équilibre ne vous sert plus. Le train est tellement chargé que vous ne formez plus qu’un avec les autres passagers.

Vous ne pouvez plus bouger et pour respirer autre chose que les cheveux de Mr Yamada (le Dupont japonais) il faudra lever la tête au « ciel ». En général c’est à ce moment-là que votre nez vous chatouille et que vous faites le décompte des stations !

Sur les quais, une poignée d’agents de gare est toujours présents. En temps normal ils s’assurent que tout le monde monte à bord avant de faire fermer les portes et de signaler au conducteur qu’il peut démarrer.

Lors des heures de pointe, ils ont, en plus, une autre mission : pousser tous les passagers afin que les portes du wagon surchargé puissent se refermer.

Il est logique de penser lorsque l’un train est bondé, de ne pas monter et d’attendre le prochain mais… n’espérez pas échapper cet « asian fusion »  car c’est un train tout aussi bondé qui ouvrira ses portes.

A moins d’en laisser passer 2 ou 3 et de finir en retard, la technique « attendons-le-prochain-train-il-sera-peut-être-moins-bondé » ne fonctionne pas vraiment.

Dans ces moment là, il vaut mieux y aller franchement. Même si le train est bondé, laissez opérer la magie japonaise (agents de gare en mode pousseurs) on vous trouvera toujours une petite place.

 

Finissons par quelques chiffres qui ont été mis en ligne récemment par le ministère du territoire, des infrastructures, des transports et du tourisme pour l’année 2013.

Vous trouverez ci-dessous le classement des 10 des lignes de trains et métro les plus bondés sur les 3 principales métropoles nippones, soit Tokyo, Osaka et Nagoya. Entre parenthèse, vous verrez l’itinéraire sur lequel les trains sont les plus chargés.

 

TOKYO

1) Ligne Keihin Tohoku (d’Ueno à Okachimachi), JR East: 200%

2) Ligne Tozai (de  Kiba à Monzen-Nakacho), Tokyo Metro: 199%

3) Ligne Chuo-Sobu [Local] (de Kinshicho à Ryogoku), JR East: 199%

4) Ligne Chuo Line [Rapid] (de Nakano à Shinjuku), JR East: 194%

5) Ligne Yokosuka (de Musashi-Kosugi à Nishi-Oi), JR East: 193%

6) Ligne Odawara (de Setagaya-Daita à Shimokitazawa), Odakyu: 188%

7) Ligne Den-en-toshi (d’Ikejiri-Ohashi à Shibuya), Tokyu Group: 183%

8) Ligne Tokaido (de Kawasaki à Shinagawa), JR East: 183%

9) Ligne Sobu [Rapid] (de Shin-Koiwa à Kinshicho), JR East: 178%

10) Ligne Chiyoda (de Machiya à Nishi-Nippori), Tokyo Metro: 177%

 

OSAKA

1) Ligne principale Kobe (de Kanzakigawa à Juso), Hankyu: 142%

2) Ligne Takarazuka (de  Mikuni à Juso), Hankyu: 139%

3) Ligne Nara (de  Kawachi-Eiwa à Fuse), Kintetsu: 135%

4) Ligne Midosuji (d’Umeda à Yodoyabashi), Osaka Municipal Subway: 135%

5) Ligne Osaka (de Shuntokumichi à Fuse), Kintetsu: 133%

6) Ligne Katamachi (de Shigino à Kyobashi), JR West: 131%

7) Ligne Kyoto (de Kami-Shinjo à Awaji), Hankyu: 129%

8) Ligne Koya (de  Mozuhachiman à Mikunigaoka), Nankai: 125%

9) Ligne Hanwa [Rapid] (de Sakaishi à Tennoji), JR West: 124%

10) Ligne Minami-Osaka (de Kita-Tanabe à Koboreguchi), Kintetsu: 123%

 

NAGOYA (la ville ne propose que 8 lignes de trains et de métro)

1) Ligne Higashiyama ( de Nagoya à Fushimi), Nagoya Municipal Subway: 139%

2) Ligne Nagoya [East] (de Jingu-mae à Kanayama), Meitetsu: 138%

3) Ligne Nagoya [West] (de Sako à Meitetsu-Nagoya), Meitetsu: 138%

4) Ligne Nagoya (de Komeno à Kintetsu-Nagoya), Kintetsu: 133%

5) Ligne Chuo (de Shin-Moriyama à Ozone), JR Central: 129%

6) Ligne Meijo /Meiko (de  Kanayama à Higashi-Betsuin), Nagoya Municipal Subway: 127%

7) Ligne Tokaido (de  Biwajima à Nagoya), JR Central: 121%

8) Ligne Tsurumai (de Shiogama-guchi à Yagoto), Nagoya Municipal Subway: 113%

 

Vous remarquez que les trains de Tokyo sont incontestablement les plus chargés, mais cela s’explique en grande partie car la population y est plus importante que dans les deux autres villes. Tout de même les lignes les plus utilisés à Osaka et Nagoya ne dépassent pas le niveau 2 alors que la capitale atteint sans peine le niveau 4 !!!!

Alors certes monter dans un train bondé au Japon n’est pas la meilleure expérience que vous aurez à vivre mais celle-ci reste toute de même plus confortable que dans d’autres pays ! En effet les trains sont très bien entretenus et, très important dans ces moments-là : ils sont climatisés !!!

Aussi le comportement respectueux des japonais rend le trajet plus supportable. Ils ne parlent pas fort, voire pas du tout. Il est aussi fréquent pour les hommes de placer leur mallette devant eux afin d’éviter qu’avec cette proximité forcée la gente féminine se sente gênée ou agressée.

C’est aussi pour cela que sur certaines lignes, des wagons sont réservés aux femmes sur les heures de pointe. A coté de cela, la montée dans les wagons se fait tranquillement en suivant une logique simple : avant de monter, il  faut laisser sortir les passagers !

Autant d’éléments qui font que l’on pourrait presque garder un bon souvenir de ses folles matinées dans le train… Presque.

 

Source : RocketNews24

Discussions

5 Réponses

  1. Béné

    Ce n’est pas partout au Japon.
    A Fukuoka par exemple, dans les trains aux heures de pointe, il y a certes du monde mais c’est loin d’être aussi rempli que Tôkyô ou Ôsaka.
    De plus dans la ville les gens se déplacent en bus ou en métro, très fréquents qui ne sont presque jamais remplis à 100%.

    Quant au comportement des japonais, je me demande si l’auteur a vraiment pris les transports au Japon. Ca se bouscule et c’est à celui qui aura la dernière place assise…

  2. cedric

    moi je suis plutot daccord avec l’auteur je croi vraiment que a force d’etre au japon on ne se rend plus vraiment compte de la difference avec la francecar niveau bousculade c’est pas vraiment la meme chose …

  3. Chiryo

    Je suis jamais allé au Japon mais j’ai lu des articles décrivant les japonais plutôt désagréables dans les transports en communs.

    J’ajouterais qu’à Paris et seulement aux heures de pointes, on doit à peine atteindre le stade 3.

    Je suis à Toulouse et même aux heures de pointes, on se bouscule pas comme ça.

    Je soupçonne une légère exagération mais cela dit je compatis avec les voyageurs qui le prenne tous les jours.

    • ethan

      À Paris, sur les lignes 7 et 13, aux heures de pointe le soir, on peut facilement atteindre le niveau 4. C’est pas quotidien mais ça arrive assez régulièrement. Et pas besoin de se tenir non plus dans les virages. Le groupe fait bloc.

  4. Dio Brando

    Le rapport d’origine est vraiment tres interessant et il est dommage que certains points n’aient pas ete abordes dans l’article.

    http://www.mlit.go.jp/common/001039141.pdf

    Pour un listing complet:
    http://ameblo.jp/cometoknow/entry-11524886524.html

    Maintenant les fameuses pointes a 200% sur Tokyo sont a relativiser dans le sens ou cela concerne des trajets TRES courts: 2 a 5mn!!!
    La clim’ en Ete aide enormement (pas le sauna du rer B comme berk) mais il y a rarement une regulation par rapport au temps exterieur. Quand il pleut et que la temperature baisse, la clim’ reste tres forte et on se tape un rhume.

    La politesse et logique de laisser tout le monde descendre et ensuite de monter se verifie de moins en moins. C’est plutot la chasse au premier qui arrivera a monter pour obtenir vite une place assise! Pour cela, tous les moyens sont bons quitte a pousser celui qui attend bien gentiment que tout le monde descende!
    Il y a aussi dans le train le voyageur se tenant debout juste devant les portes mais qui veut chopper sa place assise (ou alors il a la tete dans les nuages). Tout le monde veut descendre et ce c*** reste en plein milieu et va a contre courant du flux au lieu de descendre puis de remonter. Dans ces cas la, c’est sans pitie a coup d’epaules.
    Bref les transports en commun demandent quand meme une certaine condition physique…;)

Laisser un commentaire