A l’occasion d’un séminaire mondial organisé sur l’île d’Hawai par l’International Society for Nutraceuticals & Functional Foods (ISNFF), les équipes de recherche de l’entreprise japonaise Calpis et du département de biotechnologie appliquée de l’Université du Chubu ont présenté les résultats d’une étude conjointe mettant en lumière l’effet de la boisson lactée calpis sur la mémoire et la concentration.

 

Le calpis est une boisson issue de la fermentation lactique. Composée majoritairement d’eau, de lait en poudre et d’acide lactique, le calpis est une boisson très populaire au Japon. L’acide lactique employé pour sa fabrication est produit par la bactérie Lactobacillus helveticus appartenant au genre Lactobacillus. On retrouve fréquemment cette bactérie dans les procédés de fabrication des fromages, notamment de l’emmental.

L’étude réalisée par les scientifiques japonais a porté sur 20 personnes de sexe féminin âgées en moyenne d’une cinquantaine d’années et souffrant de légères pertes de mémoire. Ces participantes ont été invitées à consommer quotidiennement 200 mL d’une boisson lactée issue de la croissance de Lactobacillus helveticus et de sa fermentation. Après une période de huit semaines, celles-ci ont passé le test neuropsychologique Repeatable Battery for Neuropsychological Screening (R-BANS). Examen créé originellement en 1998 pour le diagnostic de certaines démences, il est aujourd’hui couramment employé pour la détection d’autres troubles neurologiques ou neuropsychiatriques tel que l’encéphalopathie hépatique. Grâce à plusieurs épreuves de déduction, de réflexion et de mémorisation, un total de cinq critères a été mesuré et noté : mémoire immédiate, mémoire à court terme, langage, concentration et perception spatiale. Les scores obtenus dans chaque catégorie ont par la suite été comparés avec ceux d’un groupe témoin. Les scientifiques ont alors constaté une amélioration globale de l’ensemble des paramètres d’environ dix points, notamment de la mémoire à court terme et de la concentration.

Ces résultats ont conduit les chercheurs de l’entreprise Calpis et de l’Université du Chubu à poursuivre leurs travaux conjoints afin de rassembler d’autres données et d’identifier l’action moléculaire précise de l’acide lactique sur le cerveau.

Discussions

Laisser un commentaire