Les distributeurs automatiques sont incontournables au Japon. Vous les trouverez dans la plupart des rues, à l’extérieur des bureaux, alignés à côté des arrêts de bus et même au sommet du Mont Fuji.

 

Les prix varient mais le moins cher que vous trouverez à Tokyo sont les machines « une pièce » où tout coûte seulement 100 yens (70 cents). Comment est-il possible de vendre si bon marché? Ces machines sont-elles vraiment rentables? La réponse est oui et beaucoup de personnes ordinaires qui ont le sens des affaires saisissent cette opportunité pour mettre pas mal d’argent de côté chaque mois.

Posséder un distributeur automatique est le commerce le plus simple et le plus rentable que vous pouvez avoir. Il vous faut juste un endroit où l’installer et le distributeur automatique se chargera de vous faire gagner de l’argent jour et nuit sans que vous ayez à faire quoique ce soit. En installer un en face de chez vous est un peu comme si vous mettiez une boite afin que les autres y déposent leur argent.

Beaucoup de distributeurs automatiques sont détenus par des entreprises de boissons, tels qu’Ito En, Asahi ou Coca Cola et les propriétaires peuvent conclure un contrat avec eux afin de placer la machine sur leur terrain en échange d’un loyer ou d’une partie des profits engrangés par celle-ci. Dans ce cas, la seule chose dont vous devez vous soucier est la facture d’électricité, mais sinon c’est un investissement relativement profitable et sans risques.

 

distributeurs-boisson-japon

 

Cependant d’autres personnes qui cherchent un complément de revenus ont une approche plus indépendante. Et apparemment, maintenant est le moment idéal de commencer votre activité secondaire car, croyez-le ou non, l’augmentation de la taxe de consommation a été une aubaine cachée pour ces entrepreneurs.

Monsieur C. (46 ans), qui gagne de l’argent grâce à ses distributeurs automatiques en parallèle de son travail dans un restaurant, explique le système : « Il existe une méthode où vous passez un contrat avec une entreprise de boissons pour un distributeur automatique, mais cela n’est pas intéressant car vous obtenez seulement un profit de 10 yens (0.07 cents) par boisson. Ce que je fais c’est que j’achète et installe moi-même un distributeur automatique indépendant. »

 

L’augmentation de la taxe est une bonne chose?!

 

La taxe de consommation au Japon a augmenté de 5% à 8% début avril, ce qui prouve que non seulement tout est maintenant un petit peu plus cher, mais aussi cela veut dire que vos poches sont toujours remplies de monnaie à cause de curieux montants tels que 687 yens.

Cependant, comme les distributeurs automatiques n’acceptent pas de pièce de 1 yen, les entreprises de boissons ont augmenté leurs prix de 10 yens (par exemple de 120 à 130 yens). Selon monsieur C., cela a été favorable aux indépendants comme lui. ‘A côté d’un distributeur automatique d’une entreprise avec un prix fixe, si je vends mes boissons à 100 yens, ma marchandise part comme des petits pains. »

 

business-distributeurs-japon

 

Comment faire de même

 

La chose essentielle que vous devez prendre en considération quand vous cherchez à installer votre premier distributeur automatique est l’achat de la machine en elle-même, l’achat du stock de boissons et trouver un emplacement où l’installer.

« Le point principal est comment vous pouvez acheter à bon prix les distributeurs automatiques blancs appelés dans l’industrie lingo « beppin-san » (beppin peut signifier une beauté ou un objet d’une qualité particulière).

Acheter un modèle neuf vous coûtera 1.2 millions de yens (environ 9000 euros) mais je suis allé demander à des magasins d’électroménagers s’ils n’avaient pas de machines d’occasion en bon état laissées par des magasins en liquidation.

Plutôt que des modèles peu imposants, un modèle standard de bon marché de 3 ans peut être acheté pour environ 200 000 à 300 000 yens (1500 à 2000 euros) et vous pouvez l’utiliser pour au moins cinq ans. Du fait qu’ils soient d’occasion, il arrive que ces machines ont toujours des vieux logos d’entreprises sur les côtés mais une fois que vous en avez acheté un, vous pouvez recouvrir ses logos par votre propre logo « 1 pièce » ».

« J’achète mon stock chez des grossistes pour 38 à 60 yens (27 à 43 cents) par bouteille. J’ai choisi ma gamme en fonction d’une marge brute moyenne (revenus de vente moins le coût d’achat) de 50 yens par bouteille. Le distributeur fonctionne 24 heures par jour donc la facture d’électricité est d’environ 5000 yens (36 euros) par mois.

La moyenne nationale des ventes pour un distributeur automatique est d’environ 40 000 yens (300 euros) par mois. S’il se trouve dans un endroit particulièrement fréquenté avec un flux de personnes conséquent, comme à proximité d’une gare ou près d’un parc, les revenus peuvent monter jusqu’à 500 000 yens (3600 euros).

 

boisson-canettes-japon

 

Tout cela semble trop beau pour être vrai – Y aurait-il un piège ?

 

La chose la plus importante que vous devez prendre en compte est l’endroit où vous allez placer votre machine; c’est ce qui fera la différence entre une belle somme d’argent dans votre poche et devoir débourser son argent durement gagné pour faire perdurer le commerce.

Monsieur C. suggère que « c’est mieux si votre propre maison se situe dans l’un de ces ‘bons endroits’, mais si ce n’est pas le cas, vous pouvez demander au propriétaire d’une zone appropriée de mettre votre machine sur son terrain. Dans ce cas, il est normal de payer des frais de location de 10 000 yens par mois (72 euros) ou verser 30% de vos profits. Si vous avez trois machines dans une zone très fréquentée, vous pouvez obtenir un revenu minimum de 200 000 yens par mois (1400 euros) de votre activité secondaire.

Bien sûr, le pire que vous puissiez faire est de placer votre machine à un endroit où elle ne vend pas de boissons. Si vos ventes mensuelles tombent à 20 000 yens (140 euros), plutôt que faire du profit, vous serez en déficit à cause de la perte de valeur de la machine, le prix d’achat du stock et le paiement des frais de location et d’électricité. »

Il faut aussi être attentif à l’organisation du stock et être conscient de ce qui va ou ne va pas se vendre. Monsieur C. a vécu lui-même cette expérience : « Une erreur dans la sélection de vos produits est vite arrivée. J’ai acheté du jus sans marque, pensant que c’était une bonne idée car c’était très bon marché, mais je ne l’ai pas vendu du tout et à cause de la date d’expiration qui approchait, je me suis retrouvé à boire moi-même ce jus dégoûtant tous les jours !! »

Pour toute personne à la recherche d’un complément de revenus au Japon, cela pourrait être votre chance !! Je sais que le Japon semble déjà avoir suffisamment de distributeurs automatiques mais je suis sûr qu’il y a toujours de la place pour de nouvelles machines.

 

Source: Shueisha News || Images : Lodimup /Tang Yan Song /Filipe Frazao / Shutterstock.com

Discussions

4 Réponses

  1. Argento

    Super intéressant !

    Par contre y’a pas une erreur dans la conversion des devises ? A un moment il est écrit « 500 000 yens (360 euros) ». J’imagine que c’est 50 000 yens.

    Ça donne des idées héhé ^^

  2. Solaro1

    J’ai vu dans un documentaire sur le Japon qu’il y à même à certains endroits des distributeurs de petites culottes usagées (et donc déjà portées)…alala ils sont fous ces japonais xD

Laisser un commentaire